Actualisé 02.05.2020 à 07:51

Pierre-Yves Maillard«La crise touche plus durement les plus fragiles»

Le patron de l'USS se soucie des travailleurs à bas salaires. Agir au niveau des primes d'assurance maladies pourrait les aider.

Pierre-Yves Maillard

Pierre-Yves Maillard

Keystone

La crise du coronavirus touche plus durement les plus fragiles, selon le président de l'Union syndicale suisse (USS) Pierre-Yves Maillard. Parmi les travailleurs aux salaires les plus bas, près de 50% sont actuellement au chômage partiel, souligne-t-il.

Seuls 5% des personnes les mieux rémunérées sont concernées par le chômage partiel, ajoute le Vaudois dans une interview publiée vendredi dans les journaux alémaniques de Tamedia. C'est une situation totalement injuste, note-t-il.

Un moyen de venir en aide à ces personnes serait d'agir au niveau des primes d'assurance maladies, indique Pierre-Yves Maillard. L'USS est prête à discuter si un programme de relance devait permettre de les faire baisser.

Investir dans le service public

La situation est dramatique, souligne-t-il. L'industrie d'exportation a été affaiblie par les blocages du marché international et de l'offre et il n'y a guère de marge de manoeuvre. «Nous devons donc faire grossir la consommation indigène», conclut-il.

Interrogé sur les conclusions politiques qu'il tire de la crise, Pierre-Yves Maillard répond que la protection de la santé sur le lieu de travail doit être mieux contrôlée et qu'il faut investir dans le service public, qui ne doit plus être soumis à la loi du marché.

Au cours des dernières semaines, les hôpitaux ont arrêté de pratiquer des opérations rentables, allant à l'encontre de leurs intérêts économiques. S'ils avaient agi selon une logique de profit, il y aurait eu beaucoup plus de morts, met-il en avant.

Défense sanitaire

Outre le service public, le domaine sanitaire a également besoin d'investissements: au lieu de nouveaux avions de combat, la Suisse a besoin d'une «défense sanitaire nationale», explique le Vaudois. «Nous devons mettre en place des installations de production pour les biens médicaux les plus importants: pour les antibiotiques, les anesthésiques, mais aussi les médicaments pour les enfants», détaille-t-il. La pharmacie de l'armée pourrait produire de tels produits.

La défense de la santé de la population doit être la première priorité; il faut donc se préparer à affronter le prochain virus et développer d'autres instruments que le confinement, exhorte Pierre-Yves Maillard.

Interrogé sur où trouver les financements nécessaires, le président de l'USS pointe certains secteurs «qui font des profits colossaux» et devront se montrer solidaires. Il vise en particulier les dividendes et les rachats d'actions qui ont explosé ces dernières années. «Ça a été une orgie!», commente-t-il. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
51 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Octave Vairgebel

07.05.2020 à 16:12

Maillard a un problème de mémoire car pourquoi s'en prendre aux assurances-maladies puisque c'est Dreifuss, du même parti, qui nous a incités à accepter par votation populaire la LaMal !! La LaMal est l'œuvre du PS et le peuple suisse le remercie !!!

Ben

04.05.2020 à 11:14

Les travailleurs au boiter autres sans-papiers ont été rémunérés et ont soutenus eus parents restés au pays. Problème : il n’ont cotisé à rien et payé aucun impôt ! Pourquoi les soutenir? La leçon pour les cantons: ne plus accepter ces travailleurs qui ne participent pas à l’effort commun!

jean bon cru

04.05.2020 à 09:51

le Maillard va faire quoi renoncer à son salaire ou unia des manifs virtuelles? le peuple à la memoire courte, il ne va pas voter pour d'autres politiques, on va promettre des réformes pour ce faire élire, mais au final les promesse tomberont à l eau.