Actualisé

La Croisette version trash

Mais qui sont ces jeunes déjantés, habillés de cellophane, vêtus de strings léopard et avec des masques de T-Rex sur la tête? Des défenseurs de l'art indépendant, réunis sous le label Troma.

Cette boîte de production indépendante new-yorkaise envoie chaque année sa terrible armada défendre ses films. Cette année, ils sont 20 à promouvoir, à grand renfort de déguisements et de hurlements, «Poultrygeist » (la volaille fantôme). Un film trash qui traite d'un fast-food où sévissent des poulets zombis. «Troma is in you...» (lza)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!