Statistique: La croissance du nombre de frontaliers ralentit
Actualisé

StatistiqueLa croissance du nombre de frontaliers ralentit

La progression du nombre de frontaliers et frontalières étrangers qui travaillent en Suisse a fortement ralenti au 1er trimestre.

Il n'a plus augmenté que de 2% par rapport à janvier-mars 2008, pour atteindre 213 500 personnes.

La progression sur un an de leur effectif se situait encore à 6,1% au 1er trimestre de l'année dernière, et à 9,5% au 1er trimestre 2007, stimulée par un marché à l'époque encore dynamique, selon les données de l'Office fédéral de la statistique (OFS) publiés mardi. En cinq ans, le nombre de frontaliers a ainsi bondi de 26% (&43 400).

Plus de la moitié (53%) de la main-d'oeuvre frontalière vient de France, un bon cinquième d'Italie (22%) et un autre d'Allemagne (21%), les autres venant d'Autriche (3,3%) voire - depuis juin 2007- d'un autre pays de l'UE. Ces proportions n'ont pratiquement pas varié depuis cinq ans.

Trois quarts de ces personnes travaillent dans les cantons de Genève et de Vaud, au Tessin et dans les deux Bâles. Au niveau suisse, leur part dans la population active occupée se situait à 4,7% au 1er trimestre. La part des hommes atteint près des deux- tiers (64%) de l'effectif recensé dans la statistique.

L'OFS note encore que les frontalières et frontaliers sont, proportionnellement, bien représentés dans l'industrie. Ils étaient 39% à travailler dans ce secteur, et 60% dans le tertiaire. Les parts correspondantes pour l'ensemble des actifs occupés résidant en Suisse sont de 23% dans le secteur secondaire et 73% dans le tertiaire.

(ats)

Ton opinion