Monde: La Croix-Verte dénonce les sites les plus pollués
Actualisé

MondeLa Croix-Verte dénonce les sites les plus pollués

La Croix-Verte internationale a dénoncé mardi les dix sites les plus pollués au monde. Ils menacent gravement la santé de centaines de milliers de personnes dans huit pays.

La pollution menace gravement la santé par inhalation directe, ingestion d'aliments ou contact cutané.

La pollution menace gravement la santé par inhalation directe, ingestion d'aliments ou contact cutané.

La directrice exécutive de la section suisse de la Croix-Verte Nathalie Gysi a affirmé que ce «coup de projecteur doit pousser les gouvernements à trouver le financement pour éliminer ces sources de pollution et protéger les populations». L'ONG basée à Genève souligne que, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 20% des décès dans les pays en développement ont des causes environnementales. Un cinquième des cancers dans le monde est lié à des pollutions.

Argentine, Bangladesh, Indonésie

Dans cette liste noire, se trouve le bassin du fleuve Matenza-Riachuelo en Argentine. Sur 64 kilomètres, quelque 5000 industries déversent leurs déchets entre Buenos Aires et le Rio de la Plata. Plus de 20'000 personnes, la plupart vivant dans des bidonvilles, y respirent des composés organiques volatiles (VOC), dont le toluène. Quelque 160'000 personnes sont victimes de la pollution provoquée par 270 tanneries du cuir au Bangladesh, en particulier à Hazaribagh, à la périphérie de la capitale Dacca. Les installations y sont archaïques. Plus de 500'000 personnes, cinq millions indirectement, sont exposées à plusieurs produits chimiques (plomb, cadmium, chrome, pesticides) jetés dans le fleuve Citarum, en Indonésie, près de Jakarta. Egalement en Indonésie, le mercure extrait des mines d'or de la province de Kalimatan menace la santé d'au moins 225'000 personnes.

Trois sites en Afrique

En Afrique, trois sites sont épinglés. Au Ghana, la décharge géante de matériel électronique d'Agbogbloshie, dans la banlieue d'Accra, expose 40'000 personnes à une pollution au plomb, au mercure et au cadmium. La Croix-Verte dénonce également la pollution du sol liée au pétrole dans le delta du Niger, au Nigeria, ainsi que celle provoquée par les résidus en plomb de l'exploitation de mines (aujourd'hui fermées) à Kabwe, la seconde ville de Zambie.

Deux en Russie

Deux sites en Russie sont montrés du doigt: dans la ville de Dzerzhinsk, centre de l'industrie chimique, entre 1930 et 1998, quelque 300'000 tonnes de produits chimiques ont été traités de manière impropre. Des traces de 190 produits toxiques y ont été identifiées dans la nappe phréatique, menaçant quelque 300'000 personnes. A Norilsk, en Sibérie, l'extraction du nickel et du cuivre a provoqué une pollution de l'air qui nuit à la santé de 135'000 personnes. L'espérance de vie des ouvriers de l'entreprise Norilsk Nickel est de dix ans inférieure à la moyenne russe. Enfin, la Croix-Verte a remis sur sa liste Tchernobyl, en Ukraine. Quelque dix millions de personnes sont toujours les victimes potentielles de l'explosion du réacteur nucléaire le 26 avril 1986. Les trois sites de Dzershinsk, Norilsk et Tchernobyl se trouvaient déjà sur la précédente liste noire publiée en 2007. Des efforts de réhabilitation sont en cours sur plusieurs sites, précise l'ONG. La liste a été établie avec le concours du Blacksmith Institute aux Etats-Unis. (ats)

Ton opinion