Nyon: «La culture est un tremplin»
Actualisé

Nyon«La culture est un tremplin»

«Un entrepreneur culturel doit apprendre à se battre, c'est un tremplin en politique.»

Après cent jours de syndicature, Daniel Rossellat avoue ne pas avoir été surpris par la tâche.

«Je suis arrivé en milieu de législature, je ne peux pas tout changer», admet-il. Ses priorités? «Hiérarchiser les projets, ironise-t-il. J'en ai découvert des centaines. C'est un magnifique catalogue de bonnes intentions, mais irréalisables financièrement.»

Seul aveu, la culture et le social risquent de voir leurs subventions allégées, crise oblige.

L'avenir? Daniel Rossellat se voit poursuivre son job de syndic, pour engager de vraies réformes. Les Nyonnais décideront.

(dti)

Ton opinion