Genève/Suisse romande: La culture hausse le ton
Publié

Genève/Suisse romandeLa culture hausse le ton

Les milieux culturels veulent pouvoir rouvrir rapidement ou, tout du moins, ne pas être les derniers de la liste des politiques.

par
Maria Pineiro
200 personnes se sont réunies en soutien aux milieux culturels.
200 personnes se sont réunies en soutien aux milieux culturels.mpo

«No culture, no futur». C’est derrière ce slogan que, samedi après-midi, les milieux culturels romands se sont mobilisés dans plusieurs villes. À 15 heures tapantes, des rassemblements éclair ont eu lieu. À Genève, ils étaient quelque 200 sur la place du Molard. Leurs revendications? Pouvoir rouvrir les lieux culturels de manière progressive et selon le même tempo que les autres secteurs économiques. «Nous représentons 3% du PIB suisse et 300’000 emplois, ce n’est pas rien», a argumenté Olivia Csiky Trnka, membre du comité de Tigre qui défend les producteurs de théâtre indépendants. Les protocoles sanitaires mis en place sont très stricts, a-t-elle souligné. «Il y a moins de risque dans les théâtres que dans les commerces. Nous ne voulons pas être fermés pour montrer que les autorités font quelque chose.» Olivia Csiky Trnka s’est montrée satisfaite de l’affluence à la manifestation, dûment autorisée par la police. «Cela montre que les acteurs culturels sont touchés, concernés.»

«La culture est essentielle à la vie»

Après un quart d’heure de discours, d’applaudissements et une chorégraphie silencieuse dans le respect du port du masque, les participants se sont dispersés. Outre une réouverture simultanée avec d’autres secteurs économiques, le mouvement demande également la reconnaissance du statut spécifique des travailleurs du secteur, ainsi que la simplification et l’accélération des démarches administratives pour obtenir des indemnités, la révision du calcul des AG et la prolongation des délais-cadres de chômage. «La culture est essentielle à la vie, a insisté Olivia Csiky Trnka. Elle constitue un outil pour penser la société.»

La veille, ce sont les musées genevois qui ont donné de la voix par écrit. Par voie de communiqué, la Conférence des directrices et directeurs des musées de Genève s’associent à «l’appel de Bâle» et demandent la réouverture des lieux dès le 1er mars. Les musées disent leur «conviction d’être des lieux de joie, de régénération et d’épanouissement qui permettent de mieux supporter le contexte ambiant et de mieux
comprendre le monde dans lequel nous vivons» et la nécessité de présenter des expositions en présentiel. Le communiqué rappelle que les musées ont financièrement souffert des fermetures imposées: ces espaces ont vu leur fréquentation baisser de 50% en 2020. Conscientes de la crise sanitaire, les directions s’engagent à présenter un suivi régulier de l’ouverture «en toute transparence». «Les dispositifs peuvent être renforcés et complétés en tous temps.»

Volontés politiques

Enfin, last but not least, le monde politique s’et également saisi de la thématique. Mardi, les Verts ont déposé une motion demandant notamment au Conseil d’Etat «d’obtenir des autorités fédérales la réouverture immédiate des musées, centres d’art, espaces d’art indépendants, des libraires, des disquaires et la reconnaissance de leur caractère essentiel.» Le gouvernement est également appelé à s’adresser au gouvernement fédéral afin que les institutions culturelles puissent rouvrir simultanément aux commerces non-essentiels. Katia Leonelli, députée, constate que le Conseil fédéral a créé des scissions entre différents secteurs économiques en ouvrant de manière différenciée les commerces non-essentiels et les lieux culturels». Les fermetures de 2020 ont entraîné une forte augmentation de la précarité, souligne l’écologiste. «Cette motion vise à lancer un message politique fort et à mettre la pression sur le gouvernement genevois pour qu’il plaide la cause du milieu à Berne. «Il s’agit de reconnaître le caractère essentiel de la culture.» Le texte des écologistes sera traité à la session de mars.

Plan de protection adéquat

Les Verts ne sont pas les seuls à vouloir une ouverture rapide de certains lieux non-commerciaux. Fin janvier, le parlement a adopté une motion PLR visant à «obtenir des autorités fédérales l’autorisation de mettre en place des projets pilotes permettant la réouverture des lieux de loisirs et le déroulement des activités du secteur culturel.» Le texte demande de mettre «en place un plan de protection adéquat comprenant, par exemple, des masques FFP2, des tests rapides, des contrôles à l’entrée, du gel hydroalcoolique, un traçage des contacts, une ventilation adéquate, ainsi qu’une mesure du taux de CO2 et d’aérosols». Une fois le concept évalué, il s’agirait de permettre la tenue d’événements de loisirs et culturels selon les schémas adéquats.

Ton opinion

355 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Zoroastre

15.02.2021, 19:46

Il serait temps d'ouvrir ses chakras, et de quitter, ce monde d'illusion de la peur qui paralyse tout. La peur amène vers le précipice pas vers le Futur. Vos pensées sont créatrices, seuls vos croyances limitantes vous empêchent de le comprendre. Le plan de la Source est parfait.

Sylvain1219

15.02.2021, 18:49

la culture coûte trop chère cela va bien ainsi !!!!

Culturiste de la culture

15.02.2021, 11:20

Les salles de sports restent fermées , les culturistes qui cultivent la culture comme un légume n'ont droit à rien. Scandaleux.