21.12.2018 à 06:09

Natation

La «Dame de fer» qui veut révolutionner sa discipline

Plusieurs stars, dont la Hongroise Katinka Hosszu, 29 ans, défient les instances de leur sport.

de
Ugo Curty

Elle est l'une des meilleures nageuses de la planète. La «Dame de fer» s'est forgé une impressionnante collection de breloques. Triple championne olympique, elle comptabilise 24 titres mondiaux. Mais Katinka Hosszu n'a jamais aussi bien porté son surnom que depuis qu'elle s'est lancée dans un bras de fer avec la Fédération internationale de natation (FINA). «Elle garde tout l'argent pour elle, martèle celle qui est présente à Lausanne pour la 3e édition de la Swim Cup. Les nageurs doivent profiter d'une partie des revenus qu'ils créent à travers leurs performances. Je peux me permettre d'être dans la ligne de mire grâce à mon palmarès. Une suspension ne me fait pas peur.»

Hosszu et d'autres ont porté plainte contre la FINA début décembre aux Etats-Unis, alors qu'une tempête secoue le monde de la natation. L'arrivée de l'International Swimming League (ISL), soutenue par le milliardaire Konstantin Grigorishin, a mis le feu aux bassins. Mercredi, l'ISL a annoncé pour fin 2019 une compétition dotée de plus de 5 millions de francs. «La FINA n'accepte pas cette façon de penser la natation, poursuit Hosszu. Le but est d'arriver au même système que celui du tennis avec le circuit ATP. Je me bats aussi pour que les plus «petits» nageurs puissent vivre dignement.»

Cette guerre indécise, menée à coup de billets, pourrait révolutionner la natation. En attendant, Katinka Hosszu visera à nouveau la victoire vendredi dans la Swim Cup lausannoise, après ses trois victoires de jeudi soir.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!