Euro 2020 - «La décision est très sévère, mais elle est juste»
Publié

Euro 2020«La décision est très sévère, mais elle est juste»

Le chef de la commission des arbitres de l’ASF, Christophe Girard, explique pourquoi le carton rouge écopé par Remo Freuler contre l’Espagne est correct.

par
Cyrill Pasche
Malgré les protestations de Zakaria et de Zuber, Michael Oliver ne reviendra pas sur sa décision.

Malgré les protestations de Zakaria et de Zuber, Michael Oliver ne reviendra pas sur sa décision.

AFP

Au bout du fil, Christophe Girard fait la part des choses: «En tant que fan de l’équipe de Suisse, j’étais très déçu par ce carton rouge adressé à Remo Freuler. J’ai vu le match avec mes collègues de l’ASF et sur le moment, dans le feu de l’action, tout le monde était toutefois d’accord pour dire que la sanction était très sévère. Mais en tant que technicien, je suis bien obligé d’admettre que la décision de l’arbitre anglais était correcte.»

Le chef de la commission des abitres de l’ASF précise le fond de sa pensée. «Le fait de jouer ou non le ballon n’a pas d’importance: Freuler pose en fin de compte ses crampons au-dessus de la cheville de son adversaire. Réglementairement, la décision de lui donner un rouge est correcte.»

Le carton rouge très sévère contre Freuler.

RTS 2

Tolérance zéro

La VAR n’aurait-elle donc pas pu intervenir pour invalider la décision de l’arbitre anglais, Michael Oliver? «Non, coupe Christophe Girard. Techniquement, l’arbitre n’a pas commis d’erreur, la VAR ne peut donc pas le déjuger.»

L’arbitre anglais n’aurait-il pas dû faire preuve de tolérance pour un geste qui, finalement, n’avait rien d’une agression. «Pour imager, les critères d’un carton rouge n’étaient pas remplis à 100%, mais seulement à 80%. Nous sommes un peu dans une zone grise. Au final, l’arbitre n’a fait que suivre les consignes données dans ce genre de grand tournoi: la tolérance zéro. Il aurait pu prendre en considération que l’intention de Freuler n’était pas de commettre une faute mais bien de jouer le ballon et que la vitesse n’était pas excessive, c’est vrai. On peut le dire ainsi: dans un match de championnat anglais par exemple, le même arbitre n’aurait sans doute pas sorti un carton rouge pour une faute similaire. Mais voilà, il a suivi les consignes, et s’il ne l’avait pas fait, cela aurait conditionné négativement la suite de son tournoi. À mes yeux, il a pris la bonne décision et n’est pas à blâmer.»

«Fier de cette équipe»

Réduite à 10 depuis l’expulsion de Freuler à la 77e minute, l’équipe de Vladimir Petkovic s’est héroïquement défendue, avant de perdre son sang-froid lors des tirs au but. «C’était dommage pour le spectacle, regrette Girard. Mais il faut être fier de cette équipe. Nous avons battu les champions du monde et mené la vie dure à l’Espagne. Nous avons réalisé un parcours magnifique.» La Coupe du monde au Qatar, c’est presque demain. Avec une telle équipe de Suisse, tous les rêves seront de nouveau permis.

Ton opinion

329 commentaires