Actualisé 15.01.2015 à 18:24

Fin du taux plancher

La décision sème la pagaille à la Bourse suisse

L'abolition du taux plancher par la Banque nationale suisse (BNS) a semé la pagaille jeudi à la Bourse suisse.

L'indice vedette SMI a chuté de 8,67%, clôturant à 8400,61 points. Le SLI a perdu 9,37% à 1220,13 points et le SPI 8,58% à 8284,45 points. Sur les trente blue chips, seul Swisscom a échappé au rouge ambiant.

La BNS est à l'origine d'une journée historique, jeudi à la Bourse suisse. Avec sa décision d'abandonner le cours plancher de 1,20 francs pour 1 euro, elle a déclenché une chute massive du marché, dans une mesure rarement vue.

Le SMI a chuté de plus de 600 points dans les minutes qui ont suivi l'annonce de la décision de la BNS. Après un petit instant de répit, il a accentué ses pertes à 800 points. La différence entre plus haut et plus bas du jour (7900 points) était alors de près de 15%. Par la suite, le SMI a repris près de 500 points et les choses se sont un peu calmées dans l'après-midi.

Les grosses variations se reflètent aussi dans l'indice de volatilité qui a bondi brièvement de plus de 80%, avant de redescendre un peu en début d'après-midi. Pour sa part, l'euro a chuté sous la parité et, vers la fin de la séance, il évoluait autour de 1,04 franc. Le dollar a lui baissé à environ 90 centimes avec un plus bas du jour à 70 centimes.

La décision de la BNS n'a pas seulement surpris les marchés financiers, elle les a pris complètement à contre-pied. La banque centrale a également encore réduit son taux directeur, déjà négatif.

Chef économiste d'UBS «choqué»

Le chef économiste d'UBS s'est dit «choqué». Le chef des investissements (CIO) de la même banque a prévu un effet fortement négatif pour l'économie suisse, estimant que les exportations vont diminuer de 5 milliards de francs environ ou 0,7% du PIB. Les réactions des diverses organisations faîtières ont été négatives, notamment pour Swissmem, les hôteliers ou Tourisme Suisse.

Le patron de la BNS Thomas Jordan a défendu la décision en soulignant qu'au vu des évolutions internationales, il n'aurait pas fait sens de maintenir la même politique monétaire. La décision a été prise en sachant que cela provoquerait des turbulences à court terme, mais il fallait surprendre.

Dans cet environnement, les informations d'entreprises sont passées à l'arrière plan. Les indications préalables positives du matin ont perdu toute importance.

Rouge global

Richemont a publié ses chiffres trimestriels (T3) et a dans un premier temps vu son action progresser. Les ventes en Asie (hors Japon) ne se sont pas encore améliorées depuis octobre, ont relevé des experts. Les stocks élevés et la prudence des détaillants inquiètent. A la clôture, le titre Richemont a cédé plus de 15%.

Lonza (-18%) et Swatch (-16%) ont fortement reculé aussi. Nick Hayek, le patron de Swatch, a parlé de tsunami pour qualifier la décision de la BNS. Sonova et Actelion ont cédé environ 14%, UBS, Credit Suisse et Julius Baer ont abandonné entre 11 et 12%.

Holcim (-11%) n'a pas fait mieux. Dans un communiqué, le cimentier saint-gallois a souligné que les événements du jour ne remettent pas en question la fusion avec le français Lafarge. En cours de séance, l'action Holcim a perdu jusqu'à près de 20%.

Aryzta, Givaudan et Geberit ont cédé environ 10%. Novartis, Roche, Kühne Nagel, Clariant, Syngenta et ABB ont abandonné environ 9%. ABB a relevé dans un communiqué que la hausse du franc par rapport à l'euro n'aura qu'une influence limitée sur ses comptes. La part du chiffre d'affaires consolidé facturé en francs par ABB est de moins de 5% du total.

Swisscom seul gagnant

Seul gagnant du jour, la défensive Swisscom a progressé de 1%. Galenica, Bâloise et Swiss Re ont limité la casse en reculant de 5% environ. Nestlé a perdu 6%.

Sur le marché élargi, les plus gros perdants sont Straumann (-17%) et Partners Group (-16%). Les industrielles Rieter (-14%), Meyer Burger et Zehnder (chacune -11%) ont aussi fortement baissé, Zehnder à la veille de la publication de son chiffre d'affaires 2014.

Kuoni a fini en recul de 8%. La veille, le titre avait fortement progressé après l'annonce de la vente des activités d'agence de voyage. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!