Actualisé 05.03.2019 à 17:47

Canton de Vaud

La déductibilité des primes maladie augmente

Les parlementaires vaudois ont donné leur feu vert à une initiative de la droite sur une baisse d'impôts.

Le siège du Grand Conseil vaudois.

Le siège du Grand Conseil vaudois.

Keystone

Les Vaudois vont pouvoir déduire davantage sur leurs primes maladie dès l'an prochain. Le Grand Conseil a accepté ce mardi une initiative de la droite en ce sens.

Dès janvier 2020, la déduction passera pour un adulte à 3200 francs contre 2000 francs actuellement. Pour un couple, elle sera de 6400 francs au lieu 4000, a indiqué le président de la Commission des finances Alexandre Berthoud (PLR).

40 millions de francs

Cette augmentation s'inscrit notamment dans le cadre de la réforme vaudoise de la fiscalité des entreprises (RIE III) qui avait déjà procédé à une amélioration (2400 et 4800 dès 2020). La charge supplémentaire due à cette initiative s'élèvera pour le canton à quelque 40 millions de francs, ce qui est supportable selon les experts.

Par 92 voix contre 22 et 17 abstentions, les députés vaudois ont largement dit «oui» à ce texte intitulé «Pour une baisse d'impôt pour la classe moyenne». Lancé par la droite, il va moins loin que le postulat de la Vert'libérale Claire Richard qui aurait coûté 221 millions de francs au canton.

Critiques de l'extrême gauche

L'initiative doit entrer en vigueur dès le 1er janvier 2020. Il n'en reste pas moins qu'un référendum est possible, a relevé le président du Grand Conseil Rémy Jaquier. Ce qui ne semble pas devoir être le cas, malgré l'opposition de l'extrême gauche.

Un de ses représentants, Hadrien Buclin a dénoncé une modification de loi qui «profitera surtout aux revenus les plus élevés». La mesure «n'aide pas ceux qui en ont le plus besoin», a-t-il ajouté en déplorant «la volte-face» du Parti socialiste sur ce dossier.

Pour le pouvoir d'achat

Philippe Jobin (UDC) s'est au contraire félicité d'une mesure «pour tous les contribuables». Cela va «restituer le pouvoir d'achat» de la classe moyenne et donner «un signal politique» sur la nécessité de baisser les impôts. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!