Actualisé 14.09.2012 à 10:13

Homicide à Payerne (VD)

La défense se penche sur la mort accidentelle

Après la reconstitution des faits, l'avocate du tueur estime que le premier coup de feu a peut-être été provoqué par la victime, une prostituée roumaine.

de
Abdoulaye Penda Ndiaye

Dans la soirée du mardi 13 juin, la ville de Payerne (VD) était secouée par le meurtre d'une prostituée roumaine de 34 ans, qui a succombé à deux balles tirées par un Suisse d'une trentaine d'années.

Des témoins avaient affirmé que le meurtrier avait agi avec un complice. Ce que le prévenu a toujours nié. «Une autre personne avait été interpellée mais elle est totalement hors de cause», rappelle le procureur Philippe Vautier. La piste du second larron semble, à ce stade, abandonnée par l'instruction.

«La victime a probablement poussé l'arme»

Lors d'une reconstitution qui s'est déroulée il y a deux semaines – devant et dans le salon de massage, où officiait la victime, puis dans la cour de la gendarmerie vaudoise –, filmé par les caméras de la police, l'ouvrier broyard a répété le déroulement des faits. Il a brandi son pistolet semi-automatique et, paniquée, la femme a poussé l'arme, probablement des deux mains. «Le premier coup de feu pourrait donc être accidentel», pense l'avocate Ines Feldmann.

«Il voulait vivre avec elle»

Selon elle, son client ne voulait pas tuer la femme qu'il aimait mais avant tout l'obliger à discuter avec lui. «Il s'était lourdement endetté pour lui remettre des montants dont le total dépasse 50'000 fr. Il s'était cru dans une vraie histoire d'amour mais a été brutalement confronté à la réalité», souligne l'avocate.

«Les deux protagonistes ont parcouru 96 mètres à l'extérieur avant que le premier coup de feu parte. Cela est compatible avec l'hypothèse que l'intention initiale du prévenu n'était pas de porter atteinte à la vie de la victime. Mon client avait l'espoir de la sortir de la prostitution et de vivre avec elle.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!