Moyen-Orient: Damas dit avoir contré des «missiles israéliens»
Actualisé

Moyen-OrientDamas dit avoir contré des «missiles israéliens»

L'agence de presse officielle syrienne fait état d'une «attaque de missiles israéliens» dans le sud et le centre du pays.

1 / 150
La défense aérienne syrienne a fait face à des missiles israéliens dans le Sud et le Centre de la Syrie. (Jeudi 5 mars 2020)

La défense aérienne syrienne a fait face à des missiles israéliens dans le Sud et le Centre de la Syrie. (Jeudi 5 mars 2020)

AFP
Les frappes russes ont notamment touché le village de Qaminas, au sud de la ville d'Idleb. (Lundi 24 février 2020)

Les frappes russes ont notamment touché le village de Qaminas, au sud de la ville d'Idleb. (Lundi 24 février 2020)

AFP
Les forces du régime syrien ont pénétré dans la ville stratégique de Saraqeb mercredi, poursuivant leur offensive dans la province d'Idleb. (Mercredi 5 février 2020)

Les forces du régime syrien ont pénétré dans la ville stratégique de Saraqeb mercredi, poursuivant leur offensive dans la province d'Idleb. (Mercredi 5 février 2020)

AFP

La défense aérienne syrienne a fait face à des missiles israéliens dans la nuit de mercredi à jeudi dans le Sud et le Centre de la Syrie, a rapporté l'agence de presse d'État Sana. «Notre défense aérienne a fait face à une attaque de missiles israéliens dans le Sud-Ouest de la province de Qouneitra», dans le Sud de la Syrie, ainsi que dans le Centre du pays, a indiqué Sana dans un communiqué.

«A 00H30 jeudi (23H30 en Suisse mercredi), notre défense aérienne a observé des mouvements d'avions de guerre israéliens (...) plusieurs missiles ont été tirés dans le Centre de la région. Les missiles hostiles ont été immédiatement contrés avec succès, aucun d'entre eux n'a pu atteindre sa cible», selon le communiqué. La province de Qouneitra est limitrophe du plateau du Golan, dont la majeure partie est occupée et annexée par Israël.

Des centaines de frappes

Depuis le début du conflit syrien en 2011, Israël a mené des centaines de frappes contre des positions militaires du pouvoir du président syrien Bachar el-Assad, mais aussi contre ses alliés indéfectibles, l'Iran et le Hezbollah libanais, deux grands ennemis de l'État hébreu. Le Hezbollah, appuyé par l'Iran, combat en Syrie au côté du régime de Bachar el-Assad depuis 2013.

À la mi-février, des frappes imputées à Israël ont tué sept combattants syriens et iraniens dans «le secteur de l'aéroport de Damas», selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Parmi les victimes figuraient trois soldats syriens et quatre membres des Gardiens de la Révolution iraniens, selon la même source.

Déclenchée en mars 2011 avec la répression de manifestations prodémocratie par le régime, la guerre en Syrie n'a eu de cesse de se complexifier au fil des ans. Le conflit a fait plus de 380'000 morts et déplacé des millions de personnes. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion