COLLOMBEY-MURAZ (VS) - La démolition de la raffinerie va pouvoir commencer
Publié

COLLOMBEY-MURAZ (VS)La démolition de la raffinerie va pouvoir commencer

Plus rien ne s’oppose à la démolition de la raffinerie de Collombey-Muraz. Le Conseil communal de la localité a décidé de lever les oppositions de citoyens, leur grief commun ayant été entendu.

par
Fabrice Zwahlen
Le démantèlement de la raffinerie de Collombey-Muraz devrait s’étendre jusqu’en 2025.

Le démantèlement de la raffinerie de Collombey-Muraz devrait s’étendre jusqu’en 2025.

20 minutes

Cinq citoyens d’Illarsaz (VS) ont gagné leur bataille. Leurs oppositions au processus de démolition de la raffinerie de Collombey-Muraz (VS) seront prises en compte par Tamoil Suisse SA (TSSA), propriétaire des lieux. Les camions chargés d’acheminer les décombres entameront leur va-et-vient à la fin de l’été, sans traverser leur village. Ils devront emprunter la route industrielle de la commune. Une annonce qui va également dans le sens des autorités locales.

«Les entreprises mandatées ont accepté cet allongement du trajet de trois kilomètres, sauf si contraintes techniques exceptionnelles», confirme Stéphane Trachsler, le porte-parole de TSSA, satisfait de l’annonce du jour. «On espérait recevoir la bonne nouvelle, il y a quelques mois déjà, mais avec le Covid-19…» Les travaux devraient s’étaler jusqu’en 2025. Il s’agit de supprimer les 54 citernes du site, de démanteler les installations de raffinage (90 km de tuyaux et 30 000 tonnes d’acier qui seront recyclés) et, enfin, d’abattre les cheminées en béton.

Suivi environnemental validé

Les deux préavis concernant la démolition (les citernes et le reste du site) ont tous reçu une validation des différents services de l’Etat du Valais. «La commune a toutefois fixé une condition: obtenir un suivi environnemental de la démolition», précise Alexis Turin, le municipal en charge du dossier. TSSA ne s’y opposera pas.

Le 13 janvier 2015, Tamoil Suisse SA annonçait l’arrêt des activités de la raffinerie de Collombey-Muraz. Quelque 238 collaborateurs perdaient alors leur emploi. Depuis lors, le géant pétrolier a fermé les vannes et entamé les procédures pour démanteler les installations, afin de redonner une nouvelle vie à cette parcelle de 116 hectares. Un futur industriel qui dépendra en bonne partie de la révision du plan des zones de la commune. La création de plusieurs centaines d’emplois y est espérée.

Pincé par M. le Directeur

La raffinerie de Collombey-Muraz reste un site privé au sein duquel il n’est pas possible de s’engouffrer sans autorisation. Un ressortissant belge installé dans le Haut-Valais a fait fi des interdictions, désireux d’immortaliser les lieux avec son appareil photo. Le paparazzi a été pincé par le directeur du site en personne. Résultat: dénonciation à la justice et une condamnation, sous forme d’ordonnance, pénale à 15 jours-amendes à 70 francs assortis d’un sursis de deux ans. L’homme n’a pas fait recours.

Ton opinion