Australie: La dernière Ford sort des chaînes de montage

Actualisé

AustralieLa dernière Ford sort des chaînes de montage

Cette étape marque un nouveau pas vers la mort programmée de l'industrie automobile de l'île-continent.

Les trois dernières Ford sorties des chaînes seront tirées au sort par les employés en guise de lots de consolation.

Les trois dernières Ford sorties des chaînes seront tirées au sort par les employés en guise de lots de consolation.

photo: Keystone

La dernière Ford fabriquée en Australie est sortie de la chaîne de montage vendredi, tournant la page d'une ère débutée en 1925 avec le légendaire modèle T, un pas de plus vers la mort programmée de l'industrie automobile de l'île-continent.

Le constructeur automobile américain avait annoncé voici trois ans qu'il arrêterait de produire des voitures dans ses usines australiennes non rentables.

Ford a été imité par Holden, la filiale australienne du géant américain General Motors et par le japonais Toyota, qui tireront le rideau sur leurs chaînes d'assemblage en 2017. Les trois constructeurs ont mis en cause une concurrence exacerbée dans un marché restreint, l'Australie comptant moins de 23 millions d'habitants, et le niveau soutenu du dollar australien.

Le secteur automobile australien emploie des dizaines de milliers de personnes en comptant les sous-traitants. Mitsubishi avait, lui, mis la clé sous la porte dès 2008.

Lots de consolation

«C'est un jour rempli d'émotion pour toute l'équipe de Ford Australia», a déclaré le directeur général Graeme Whickman. Environ 1200 personnes étaient employées dans ses deux usines de l'Etat de Victoria et la compagnie a passé les trois dernières années à les aider à se recaser, a-t-il également souligné.

La production va s'arrêter, mais Ford se maintiendra en Australie comme importateur et vendeur, employant 1500 personnes. Les trois dernières Ford sorties des chaînes seront tirées au sort par les employés en guise de lots de consolation.

Le secrétaire du syndicat des employés de l'industrie Dave Smith a déclaré au groupe de médias ABC que ces fermetures auraient un effet boule de neige.

«Cela ne concerne pas que Ford, cela concerne l'industrie automobile. On estime que pour chaque employé de Ford, il y a entre quatre et sept personnes qui travaillent dans le secteur des composants et les industries de soutien». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion