Actualisé 22.02.2014 à 06:02

Ski alpin

La dernière qui sonne pour Hirscher

Le meilleur skieur du monde peut-il rentrer bredouille de Sotchi ? Telle est la menace qui plane sur Marcel Hirscher, au moment d'attaquer samedi le slalom des Jeux.

Double tenant du titre au classement général de la Coupe du monde, à nouveau en tête cet hiver, l'Autrichien n'est pas accompagné par la même réussite aux JO. Après des 4e et 5e places en 2010 à Vancouver, il a une nouvelle fois échoué au pied du podium à Sotchi, se classant 4e mercredi en géant. Autant dire que l'amertume est grande pour Hirscher, mais aussi pour toute l'Autriche qui voue un culte à son champion.

Le Salzbourgeois a toutefois largement les moyens de rebondir en slalom, qui reste sa discipline de prédilection. Quant à la pression, il a l'habitude de composer avec. Il l'avait notamment prouvé lors des derniers championnats du monde à Schladming (Aut) où, attendu par tout un peuple, il avait réussi à arracher la médaille d'or lors du slalom de clôture.

Pour rééditer son coup de Schladming, Hirscher devra évidemment prendre tous les risques, sachant qu'une manche de slalom se joue toujours sur le fil du rasoir. Le no 1 mondial devra aussi résister à de nombreux contradicteurs, même si son habituel rival, Felix Neureuther, n'attaquera pas cette épreuve dans les meilleures conditions. L'Allemand se ressent encore d'un coup du lapin, conséquence d'un accident de voiture alors qu'il se rendait à l'aéroport pour rejoindre Sotchi.

Neureuther diminué, la concurrence reste dense pour Hirscher. Parmi ses plus sérieux rivaux figurent notamment le prodige norvégien Henrik Kristoffersen, le vétéran autrichien Mario Matt, le métronome suédois Mattias Hargin ou encore l'imprévisible français Alexis Pinturault. Sans parler des nombreux autres coureurs, bien décidés à jouer leur va-tout pour le slalom le plus important de la saison.

Les Suisses n'ont rien à perdre

Cela sera aussi le cas pour l'équipe de Suisse, représentée par sa nouvelle garde avec Luca Aerni (20 ans), Daniel Yule (21), Ramon Zenhäusern (21) et Justin Murisier (22). Un quatuor 100% valaisan au sein duquel Aerni et Yule semblent les plus à même de taquiner les ténors du slalom.

Le skieur de Crans-Montana (Aerni) et celui du val Ferret (Yule) ont percé au plus haut niveau cet hiver, bluffant notamment leur monde à Kitzbühel (Aut), où il s'étaient respectivement classés 5e et 7e. Il serait évidemment surprenant de les retrouver sur le podium des Jeux. Mais étant donné qu'ils n'auront rien à perdre et qu'un slalom olympique ne répond pas toujours à logique, il ne faut pas écarter complètement l'idée d'un exploit.

Cela risque en revanche d'être plus difficile pour Zenhäusern et Murisier. Tous deux n'ont pas rempli les critères de sélection pour ces Jeux, avant d'être repêchés par Swiss Olympic pour qu'ils emmagasinent de l'expérience. Zenhäusern n'est jamais entré dans le top 20 en Coupe du monde. Quant à Murisier, il est toujours à la recherche de son meilleur niveau, lui qui revient péniblement cette saison après deux hivers gâchés par des blessures au genou. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!