Actualisé 26.09.2018 à 19:31

Genève

La destruction du «Plaza» est imminente

L'Association pour la sauvegarde du Plaza tente une dernière fois de tirer la sonnette d'alarme: la destruction de l'ancienne salle de cinéma pourrait commencer lundi prochain.

«Le Plaza» avait été inauguré en 1952.

«Le Plaza» avait été inauguré en 1952.

Keystone

Débouté, le dernier opposant à l'autorisation de construire ne portera pas l'affaire au Tribunal fédéral. L'initiative cantonale «Le Plaza ne doit pas mourir» avait recueilli plus de 11'000 signatures, mais elle avait été invalidée par le Conseil d'Etat. Même si les défenseurs de la salle de cinéma ont fait recours, cette procédure n'a aucune incidence sur l'autorisation de construire, a indiqué mercredi devant les médias José Lillo, président de l'Association pour la sauvegarde du Plaza.

Intérêt patrimonial

Aujourd'hui, seul le conseiller d'Etat Antonio Hodgers, en charge du Département du territoire (DT) pourrait sauver cette salle, estime l'association. Compte tenu de l'intérêt de la population, il pourrait suspendre la démolition pour lancer une nouvelle étude de classement ou pour proposer le rachat de la salle, avance-t-elle.

«Dans toute l'Europe, on observe une tendance à sauvegarder et à réhabiliter les salles historiques de cinéma», relève Antea Tomicic, vice-présidente de l'association. Répondant à la section genevoise de la Fédération des architectes suisses, l'Office fédéral de la culture reconnaît l'intérêt patrimonial du bâtiment, indiquant que la Confédération pourrait subventionner une restauration.

Classement annulé

Emblématique de l'architecture des années 1950, l'ensemble du bâtiment de l'architecte Marc Saugey est classé depuis 2004. Le canton a toutefois annulé uniquement le classement de la salle de cinéma en 2011, à la demande du propriétaire, qui a fait valoir des études prouvant sa non-rentabilité.

Le propriétaire a obtenu une autorisation pour détruire la salle et construire à la place un bâtiment regroupant des activités commerciales, du logement pour étudiants et un parking public de six étages en sous-sol. Sans dépôt d'un recours d'ici au 30 septembre, les travaux pourraient commencer lundi. Le Conseil d'Etat n'a pas à intervenir suite à une décision de justice, indique le DT. (20 minutes/ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!