Corée du Sud: La diffusion de tracts anti-Pyongyang empêchée
Actualisé

Corée du SudLa diffusion de tracts anti-Pyongyang empêchée

La police sud-coréenne a empêché vendredi des militants hostiles au gouvernement nord-coréen de disperser des tracts au-dessus de la frontière entre les deux Corées, au moment où la péninsule divisée est la proie d'un regain de tensions.

Une centaine de policiers ont formé une barrière humaine pour empêcher des voitures à bord desquelles se trouvaient une trentaine de militants de se rendre dans la ville frontalière de Paju.

De là, ils avaient l'intention de disperser des tracts de l'autre côté de la frontière au moyen de ballons gonflés à l'hélium.

Les textes dénoncent la dynastie Kim au pouvoir en Corée du Nord ainsi que les récentes explosions de mines antipersonnel qui ont mutilé deux soldats sud-coréens en patrouille à la frontière, dont Séoul accuse Pyongyang d'être responsable.

Séoul avait promis de faire payer à la Corée du Nord un «prix sévère» et a repris sa guerre de propagande au moyen de messages diffusés par de puissants haut-parleurs.

La Corée du Sud a également renforcé sa sécurité à la frontière et annoncé des exercices militaires conjoints avec les Etats-Unis, fondés sur l'utilisation d'armes lourdes et de tirs réels, en plus des exercices dit «Ulchi Freedom» qui commencent lundi.

Les militants ont regretté de n'avoir pu lancer leurs tracts à Paju tout en affirmant avoir pu en disperser 200'000 autres dans la discrétion quelques heures plus tôt plus à l'est. «La Corée du Nord ne mérite aucune merci pour avoir posé les mines antipersonnel», a déclaré l'un d'eux à la presse, Choi Woo-Won.

(afp)

Ton opinion