Actualisé 28.10.2018 à 20:45

Lausanne

La distribution de seringues sème la zizanie

L'Exécutif de la capitale vaudoise est tiraillé par l'existence de deux lieux de distribution de matériel pour les toxicomanes.

de
Frédéric Nejad Toulami
Philippe Maeder

Des divergences politiques existent après l'ouverture, le 1er octobre 2018, de l'Espace de consommation sécurisé de drogues, au quartier du Vallon. En cause, la poursuite, non loin de là, de la distribution de seringues aux toxicomanes dans un minibus sur la place de la Riponne. Avec un impact négatif sur ce lieu et ses WC publics. Or, le municipal de la sécurité Pierre-Antoine Hildbrand avait assuré cet été que les injections sur le domaine public ne seraient plus tolérées après l'ouverture de ce local.

Des élus se renvoient la balle

Après un débat en séance de l'Exécutif, jeudi 25 octobre, tant Pierre-Antoine Hildbrand que Florence Germond, responsable de la propreté urbaine, renvoient désormais la balle à leur collègue Oscar Tosato. «La mission du Distribus dépasse le cadre de l'Espace de consommation et répond aux besoins de consommateurs les plus divers, dont ceux parfaitement insérés et exerçant une activité professionnelle», répond l'élu socialiste responsable de la cohésion sociale.

Un échange de seringues ailleurs dans le canton de Vaud?

Il admet que cette présence à la Riponne accentue la consommation de substances dans les alentours, avant de préciser: «Sa mission et sa localisation, à Lausanne ou ailleurs dans le canton de Vaud, fait l'objet d'une réflexion qui doit prendre en compte premièrement sa mission de santé publique et ensuite la fréquentation de l'ouverture de l'Espace de consommation. Rien n'est gravé dans le marbre mais son service doit impérativement continuer.»

Directeur de la fondation ABS, qui gère à la fois le local sécurisé, financé par la Ville, et le Distribus, financé par le Canton, Mathieu Rouèche estime que ces deux lieux de distribution se justifient et insiste sur l'importance d'être près des consommateurs de stupéfiants (lire encadré).

Etre près des drogués

«Le Distribus a un objectif différend de celui de l'Espace sécurisé, précise Mathieu Rouèche: donner accès à du matériel stérile là où sont les consommateurs.» Le directeur de la Fondation ABS estime qu'il faut être patient pour voir ces individus changer leurs habitudes, comme leur lieu de rencontre depuis des années. A Genève pourtant, le local d'injection Quai 9, derrière la gare, est le seul lieu qui distribue des seringues depuis 2013. Mathieu Rouèche explique qu'il a justement été ouvert là où se réunissaient les toxicomanes. Contrairement au quartier lausannois du Vallon donc... Quant à la place de la Riponne, elle accueille toujours un espace partiellement abrité pour les personnes toxicomanes.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!