Extrêmisme: La droite dure rêve de politique à la Suisse

Actualisé

ExtrêmismeLa droite dure rêve de politique à la Suisse

Le sulfureux «Bloc Identitaire» souhaite que des initiatives populaires soient bientôt possibles en France. Un expert explique pourquoi la démocratie directe séduit l'ultra-droite à travers l'Europe.

par
Raphaël Pomey
La démocratie des montagnes fait rêver la droite radicale.

La démocratie des montagnes fait rêver la droite radicale.

Le système politique suisse devient-il la référence des souverainistes européens? C'est à quelques nuances près l'avis du politologue français Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême-droite. Quelques jours après la décision du peuple suisse de renvoyer les criminels étrangers dans leur pays, le politologue se penche sur l'identité des admirateurs fous de la démocratie directe, hors de Suisse. «En France, ils se trouvent tant du côté du «Bloc Identitaire», qui vient de lancer un candidat à la présidentielle, qu'à l'aile la plus à droite du parti du président Sarkozy. Mais il fait des envieux dans toute l'Europe.»

La démocratie directe: «Pas pour voter sur des tramways!»

Selon lui, les raisons sont à chercher du côté des objets qu'un tel mécanisme permettrait de mettre sur la table. «Le but c'est que l'on vote sur le retour de la peine de mort, les naturalisations voire les minarets, comme en Suisse. Pas sur l'installation d'un tramway!» Il considère que la mise en place d'un tel système en France, où il n'est pas dans les gênes, entraînerait l'arrivée d'un «règne de l'émotion».

«Pas étonnant que ces mouvements s'engouffrent là-dedans»

«Cela ne m'étonne pas que l'extrême-droite française s'engouffre là-dedans», réagit le conseiller national vert Antonio Hodgers. Selon lui, c'est le signe qu'il faut introduire des garde-fous dans le système pour que le peuple n'ait pas à se prononcer sur des objets contredisant potentiellement des accords signés par la Suisse. «La démocratie ce n'est pas juste le pouvoir de la majorité, c'est aussi le respect de tous les citoyens».

Ton opinion