Berne: La droite gouvernementale boude Sommaruga
Actualisé

BerneLa droite gouvernementale boude Sommaruga

A l'exception du PS, les partis gouvernementaux ont opposé une fin de non-recevoir aux propositions de Simonetta Sommaruga concernant la transparence sur le financement des partis.

Bundesraetin Simonetta Sommaruga spricht an einer Medienkonferenz, am Freitag 29. November 2013, in Bern. Sommaruga aeusserte sich zu den Regeln zum Kindesunterhalt sowie zu weiteren Geschaeften zum Thema Kindeswohl. (KEYSTONE/Peter Schneider)

Bundesraetin Simonetta Sommaruga spricht an einer Medienkonferenz, am Freitag 29. November 2013, in Bern. Sommaruga aeusserte sich zu den Regeln zum Kindesunterhalt sowie zu weiteren Geschaeften zum Thema Kindeswohl. (KEYSTONE/Peter Schneider)

La socialiste a présenté deux modèles lors des entretiens de Watteville, a indiqué la Chancellerie fédérale. Avec le premier, les partis seraient obligés de publier leurs comptes, sur une nouvelle plateforme électronique par exemple. Le second prévoit une publication volontaire sur le registre fédéral des partis.

La conseillère fédérale a déjà soumis ces propositions au Conseil fédéral. Mais au lieu de trancher, le collège a décidé qu'il voulait d'abord entendre les responsables des partis gouvernementaux.

Les dirigeants de ces derniers, socialistes exceptés, sont favorables au statu quo sans obligation de transparence. Selon eux, le système actuel a fait ses preuves en Suisse. Le PS soutient au contraire des mesures encore plus strictes. «Le gouvernement poursuivra son examen du dossier.»

Pression internationale

Le Groupe d'États contre la corruption (GRECO), organe du Conseil de l'Europe, dénonce depuis des années l'opacité du financement des partis politiques en Suisse. Berne doit lui soumettre d'ici à fin mars un nouveau rapport sur les mesures qu'elle entend prendre.

Le Parlement fédéral n'a jusqu'ici adopté aucune des propositions qui lui ont été soumises. Un nouveau projet est en suspens, mais les commissions des deux Chambres ne se sont pas mises d'accord. Celle du National veut limiter la transparence aux dons faits par des collectivités publiques, son homologue du Conseil des Etats veut inclure les aides des sociétés cotées en bourse. Les plénums trancheront.

Le débat connaît des fortunes diverses au niveau cantonal. Une initiative populaire n'a pas abouti à Soleure, mais les Argoviens pourront se prononcer le 28 septembre.

Immigration de masse

Le Conseil fédéral a aussi informé les partis gouvernementaux des travaux de mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse et insisté sur la nécessité de «travailler tous ensemble» afin de trouver la meilleure solution pour la Suisse. Les formations sont généralement favorables à l'idée de se préparer à divers scénarios.

L'UDC a demandé que la préparation du projet de loi, prévu pour la fin de l'année, soit accélérée. Le président de la Confédération Didier Burkhalter a annoncé qu'il informerait les partis de chaque étape de l'avancement du dossier et en discuterait avec eux. Les représentants des partis ont salué cet esprit de dialogue. (ats)

Ton opinion