Actualisé 11.01.2016 à 21:30

NépalLa faille sous Katmandou pourrait céder à nouveau

La faille qui avait provoqué le tremblement de terre d'avril 2015 est toujours soumise à une forte pression, laissant présager une nouvelle catastrophe.

1 / 125
06.07.2016 Le Népal vend des milliers de tonnes de riz donnés par la Chine et le Bangladesh pour aider les victimes du séisme de 2015, a déclaré un responsable népalais mercredi, alors que les survivants font toujours face à des risques de pénuries alimentaires.

06.07.2016 Le Népal vend des milliers de tonnes de riz donnés par la Chine et le Bangladesh pour aider les victimes du séisme de 2015, a déclaré un responsable népalais mercredi, alors que les survivants font toujours face à des risques de pénuries alimentaires.

AP/Manish Swarup
23.04.2016 Plusieurs millions de personnes vivent toujours dans l'attente de l'aide internationale, un an après la catastrophe.

23.04.2016 Plusieurs millions de personnes vivent toujours dans l'attente de l'aide internationale, un an après la catastrophe.

Navesh Chitrakar
11.01.2016 Katmandou, la capitale du Népal, pourrait être frappée dans les prochaines années ou décennies par un nouveau séisme car la grande faille qui a rompu au printemps dernier est encore soumise à une forte pression juste sous la ville, selon une étude publiée lundi.

11.01.2016 Katmandou, la capitale du Népal, pourrait être frappée dans les prochaines années ou décennies par un nouveau séisme car la grande faille qui a rompu au printemps dernier est encore soumise à une forte pression juste sous la ville, selon une étude publiée lundi.

AP/Niranjan Shrestha

Katmandou, la capitale du Népal, pourrait être frappée dans les prochaines années ou décennies par un nouveau séisme car la grande faille qui a rompu au printemps dernier est encore soumise à une forte pression juste sous la ville, selon une étude publiée lundi.

Le 25 avril 2015, un puissant séisme de magnitude 7,8 sur l'échelle de Richter avait frappé le centre du Népal et avait été suivi d'une importante réplique, le 12 mai. Plus de 8800 personnes avaient péri et plus de 500'000 maisons avaient été détruites.

«La rupture de la faille s'est arrêtée à 11 km sous Katmandou, laissant la section supérieure intacte», souligne John Elliott, de l'Université d'Oxford (GB), auteur principal de l'étude publiée dans la revue britannique «Nature Geoscience». La recherche a été menée par des universités britanniques, américaine et française.

«C'est important car la moitié supérieure de la faille n'a pas encore rompu et elle est soumise à une pression croissante» au fur et à mesure que la plaque tectonique indienne se glisse sous la plaque eurasienne, note-t-il dans un communiqué.

Comme cette partie de la faille est plus proche de la surface, sa rupture pourrait provoquer un séisme très important dans la capitale népalaise.

«Il faut que les villes se préparent»

D'après ce qui a été observé pour d'autres séismes, «lorsqu'une rupture de faille s'arrête de cette façon, il lui faut quelques années ou décennies pour se remettre à casser alors que, d'habitude, on s'attend à ce qu'il s'écoule plusieurs siècles», pointe l'étude.

«Il n'est pas possible de prédire précisément quand un autre tremblement de terre va se produire.» Mais il faut que les pays et les villes «s'assurent qu'ils sont bien préparés pour le jour où cela arrivera», ajoute John Elliott.

En avril, le séisme avait débuté au nord-ouest de Katmandou pour se propager ensuite sur environ 140 km vers l'est. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!