Transport aérien: La faillite d'Air Berlin n'inquiète pas

Actualisé

Transport aérienLa faillite d'Air Berlin n'inquiète pas

Les voyagistes suisses sont sereins après l'annonce du lancement d'une procédure d'insolvabilité engagée par la compagnie aérienne allemande.

La compagnie allemande était active dans les vols low-cost.

La compagnie allemande était active dans les vols low-cost.

Keystone

La procédure d'insolvabilité lancée par Air Berlin n'inquiète pas les voyagistes en Suisse. Les vols sont maintenus et les clients n'ont pas à se faire de souci, assure la branche à l'unisson.

«Le trafic aérien n'est pas affecté. C'est ce qui a été communiqué et cette promesse a été tenue. Tous les voyageurs qui ont déjà réservé leurs billets ont pu voler jusqu'à cette date», a indiqué à l'ats la porte-parole de TUI Suisse Bianca Schmidt.

Même son de cloche du côté du voyagiste de Migros. «Chez Hotelplan Suisse aucun client inquiet ne s'est manifesté. Les personnes au bénéfice d'un forfait vacances peuvent être tranquilles. Si Air Berlin n'était plus en mesure d'assurer les vols, les tours opérateurs devraient trouver une compagnie de remplacement», explique la responsable de la communication Prisca Huguenin-dit-Lenoir.

Selon Marcel Schlatter, de Kuoni Voyages, rien ne change à court terme. Tous les vols sont maintenus. Les clients pourraient encore réserver des vols avec Air Berlin jusqu'à fin avril. Hotelplan continue également de proposer des forfaits voyages avec ce transporteur, mais a retiré les offres pour lesquelles le tour opérateur lui-même doit prépayer le vol.

Moins important en hiver

Pendant la saison d'hiver, les prestations d'Air Berlin perdent en importance, car la demande se reporte surtout sur les long-courriers. Sur ce front, la compagnie en difficulté allemande est moins active. Elle ne dessert pas non plus l'Egypte, destination prisée pendant la saison froide.

La crise d'Air Berlin n'a pas pris les voyagistes helvétiques au dépourvu. L'an passé déjà, Hotelplan Suisse avait recherché un nouveau partenaire, et transféré une partie de ses vols à la filiale de Swiss, Edelweiss.

Hotelplan ne propose plus de charters complets vers les destinations balnéaires, mais seulement des places individuelles, selon Prisca Huguenin-dit-Lenoir. C'est pourquoi elle affirme ne pas s'inquiéter quel que soit le sort d'Air Berlin. Idem chez Kuoni ou Helvetic Tours. Quant à la prochaine saison estivale, les négociations avec les différents transporteurs sont encore en cours.

Pas d'impact immédiat

La procédure d'insolvabilité n'a pas d'impact immédiat non plus sur les aéroports helvétiques. En Suisse romande, Air Berlin relie Genève avec Düsseldorf trois fois par jour. «Les vols ne sont pas affectés», indique à l'ats Bertrand Stämpfli, porte-parole de Genève Aéroport.

En cas de difficultés financières d?une compagnie aérienne, des modalités sont prévues afin de protéger les prestataires de services aéroportuaires contre un défaut de paiement, qui peuvent ainsi exiger à la compagnie en question de payer à l'avance, explique le porte-parole. En cas d'insolvabilité, ces prestataires peuvent aussi exiger des pilotes des paiements journaliers en cash.

Pour l'heure, à Cointrin la pratique n'est pas encore en vigueur, et Genève Aéroport continue de facturer Air Berlin normalement. «Une réunion est prévue jeudi entre les représentants de la compagnie aérienne allemande et les prestataires de services aéroportuaires pour décider de la marche à suivre», précise Bertrand Stämpfli.

Pas d'impact non plus à l'aéroport de Zurich, où Air Berlin représente le 3e plus important transporteur. Depuis Zurich, la deuxième compagnie aérienne allemande dessert Berlin, Düsseldorf, Olbia ainsi que Westerland sur l'île de Sylt. Sa part de marché s'y monte désormais à 4,9%, derrière Edelweiss (5,2%), et loin derrière Swiss (53%).

Slots intéressants

Swiss pour sa part se montre d'ores et déjà intéressé par les créneaux de vols («slots») de l'entreprise en crise. «Nous nous intéressons en règle générale à tous les slots qui correspondent à nos principales périodes de départ et améliorent notre activité quotidienne», fait savoir le porte-parole de la compagnie à la croix blanche Stefan Vasic.

L'attribution de slots à Genève et Zurich relève de l'organisme indépendant Slot Coordination Switzerland (SCS). Si, dans le cas d'une reprise totale ou partielle d'Air Berlin, ses créneaux de départs et arrivées n'étaient pas transférés au nouveau propriétaire, ceux-ci iraient dans un «pool» commun et mis à disposition d'autres compagnies demandeuses. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion