«Koh-Lanta»: La famille de Gérald veut «que la lumière soit faite»

Actualisé

«Koh-Lanta»La famille de Gérald veut «que la lumière soit faite»

Les proches du candidat décédé lors du tournage de Koh-Lanta veulent connaître les circonstances exactes du drame. Quant aux médias qui ont publié les témoignages anonymes, ils se défendent.

par
mag

Me Assous, avocat de la famille de Gérald B., candidat de Koh-Lanta décédé pendant le tournage, a demandé «que toute la lumière soit faite sur la survenance de cet incident», mardi matin sur Europe 1: «Il est indispensable que la société de production communique l'intégralité des pièces en sa possession, notamment les rush et les enregistrements des caméras lors de l'accident, pour mettre fin à toute polémique. Il faut aussi que l'ensemble des témoins présents sur place soient entendus». Des documents que la boîte a, pour l'instant, refusé de communiquer.

Me Assous déplore aussi le fait que la société de production ne fasse que commenter certaines déclarations: «Elle n'a jamais réussi à produire un témoignage qui allait dans son sens alors que le personnel de la maison de production ne cesse de dire que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies pour tout mettre en œuvre pour sauver Gérald B.»

De plus, une partie des textes du tournage aurait été détruite, selon rtl.be. Un comportement jugé étrange et qui renforce encore un peu plus le doute. «C'est d'autant plus suspect qu'un très grand nombre d'éléments conduisent à penser que la société de production fait tout pour que la vérité ne se manifeste pas», a confié l'avocat.

Les médias incriminés se défendent

Après le suicide du médecin de Koh Lanta, Thierry Costa, TF1 a mis en cause certains journaux qui s'étaient fait l'écho de témoignages anonymes, relate sudinfo.be. Mais ceux-ci affirment n'avoir fait «que leur métier»: «En aucun cas le témoignage que nous avons publié ne mettait en cause le médecin de Koh-Lanta, s'est défendue la directrice de «Closer» dans le «20 minutes» français. Au contraire, il apparaissait comme un héros. Les uns et les autres devraient relire ce qui a été publié. Nous n'avons fait que notre travail de journaliste.»

Des communiqués malvenus

«La nouvelle du suicide de Thierry Costa touche évidemment «Arrêt sur images», qui a été le premier site à publier un témoignage mettant en cause des négligences dans les soins et l'évacuation de Gérald B., a confié le responsable du site Daniel Schneidermann. Deux familles sont aujourd'hui endeuillées des suites de cette émission de téléréalité. Nous n'avons, et n'aurons d'autre mobile que l'établissement de la vérité, sur les conditions de la mort de Gérald B. Les communiqués de la société ALP et de TF1, mettant en cause implicitement les révélations de la presse dans le suicide de Thierry Costa, nous semblent particulièrement malvenus.»

Ton opinion