Federico Garcia Lorca: La famille de Lorca ne s'oppose plus à l'ouverture de la fosse du poète
Actualisé

Federico Garcia LorcaLa famille de Lorca ne s'oppose plus à l'ouverture de la fosse du poète

La famille de Federico Garcia Lorca a annoncé au quotidien El Pais qu'elle ne s'opposerait pas à l'ouverture de la fosse commune où est enterré le poète.

«Nous ne l'empêcherons pas. Même si nous aimerions que cela ne se fasse pas, nous respectons le désir des autres parties impliquées», a déclaré au journal Laura Garcia Lorca, nièce du poète et porte-parole de la famille, dans une interview publiée jeudi.La famille de Garcia Lorca s'était jusqu'à présent toujours opposée à l'ouverture de cette fosse qui contient également les restes de deux toreros anarchistes et du maître d'école Diascoro Galindo, exécutés en même temps que le poète par des anti-républicains.La petite fille du maître d'école, Nieves Galindo, veut vérifier que les restes de son aïeul se trouvent bien dans la fosse et a présenté une demande en ce sens vendredi dernier auprès du juge d'instruction Baltasar Garzon, avec l'appui d'une association de familles de victimes du franquisme, ARMH.Cette demande suit d'une quinzaine de jours la décision du juge Garzon de demander à des institutions espagnoles des renseignements sur les milliers de personnes disparues pendant la guerre civile espagnole (1936-39) et le franquisme (1939-75).La nièce de Garcia Lorca a expliqué que les réticences de la famille du poète à l'ouverture de la fosse résidaient en partie dans la crainte «que tout cela ne se transforme en spectacle».«Si cela doit se faire, nous voulons que cela soit fait avec beaucoup de respect, de manière privée, dans l'intimité», a souligné Laura Garcia Lorca.La descendante du poète a noté que les ossements de 1.000 à 3.000 victimes des troupes franquistes gisaient près de l'endroit où repose Lorca et qu'il n'y avait pas de raison de réserver un sort particulier au poète. «A présent, ils reposent tous dans un cimetière commun, tous ont été victimes du même assassinat sauvage et cruel», a-t-elle déclaré. «Ce ravin c'est sa tombe définitive (...) nous voulons le laisser là», a-t-elle expliqué.

Ton opinion