condamné à mort en Chine: La famille du Britannique plaide pour la «clémence»
Actualisé

condamné à mort en ChineLa famille du Britannique plaide pour la «clémence»

La famille du Britannique de 53 ans condamné à mort en Chine pour trafic de drogue a fait appel vendredi à «la pitié et la clémence» de Pékin à l'égard d'un homme qui souffre de troubles psychologiques.

«Mon frère, Akmal Shaikh, doit être exécuté mardi 29 décembre 2009 à la suite du rejet de son appel par la Cour suprême (chinoise) au début de la semaine», a écrit Akbar Shaikh dans un courrier adressé à l'ambassadrice de Chine à Londres, Fu Ying, et transmis à la presse par l'association britannique d'aide aux prisonniers Reprieve.

M. Shaikh a été arrêté en 2007 au Xinjiang (nord-ouest de la Chine) avec quatre kilos d'héroïne. Sa condamnation à mort a été confirmée le 21 décembre par la Cour suprême.

D'après ses avocats, cette exécution, si elle a lieu, sera la première d'un Européen en Chine depuis 50 ans.

«Notre famille entière a été effondrée lorsque nous avons appris son arrestation. Nous ignorions qu'Akmal s'était rendu en Chine et cela a été un choc terrible», a poursuivi M. Shaikh, soulignant que la maladie mentale de son frère s'était «de toute évidence aggravée».

«L'idée qu'il puisse transporter de la drogue ne correspond pas du tout à sa personnalité. Notre famille pense fortement qu'Akmal devait être en proie à un délire au moment de son arrestation, et il semble que des personnes aient profité de sa vulnérabilité psychologique», a affirmé Akbar Shaikh.

«Nous faisons maintenant appel à la pitié et à la clémence. (...) Nous ne demandons pas un traitement spécial pour Akmal parce qu'il est un étranger, mais simplement parce qu'en tant que famille, nous sommes effondrés face à la possibilité de perdre notre fils, notre frère, notre père, notre cousin», a-t-il souligné, ajoutant que les trois enfants d'Akmal sont «désemparés».

«Notre famille fait appel à vous pendant cette période de festivités pour que vous fassiez preuve de pitié. Nous faisons appel (...) à votre sens d'humanité et de compassion et vous implorons d'épargner sa vie», a-t-il adressé à M. Fu.

La famille avait été prévenue du «comportement étrange» du quinquagénaire alors qu'il se trouvait en Pologne, où il aurait tenté de «créer une compagnie aérienne, d'enregistrer un disque et de devenir une vedette pop». (afp)

Ton opinion