Grande-Bretagne - Emeutes: La famille royale visite les victimes

Actualisé

Grande-Bretagne - EmeutesLa famille royale visite les victimes

Le prince Charles et son épouse Camilla ont rencontré mercredi des familles dont les habitations ont été détruites lors des émeutes début août à Tottenham, un quartier du nord de Londres.

C'est la première visite sur le terrain de membres de la famille royale depuis les émeutes qui ont embrasé Londres et plusieurs autres villes de Grande-Bretagne pendant quatre nuits consécutives. Charles et Camilla ont interrompu leurs vacances en Ecosse pour montrer leur solidarité avec les victimes des violences, qui avaient éclaté le 6 août à Tottenham, et fait cinq morts au total.

«Bienvenue à Tottenham», a lancé un habitant, à l'arrivée de l'héritier de la couronne dans un centre de loisirs qui recueille les dons destinés aux victimes des déprédations du 6 août à Tottenham.

La visite impromptue de Charles et Camilla suit de près celle du Premier ministre David Cameron, présent dans le même centre mardi.

Les habitants surpris de la visite, mais restent sceptiques

«On ne s'attendrait pas à ce qu'ils s'intéressent à nous, alors c'est vraiment sympa», a commenté une jeune femme de 20 ans, tout en déplorant qu'il faille «quelque chose d'aussi négatif que les émeutes pour que ces gens viennent ici».

«Cela ne va pas nous rendre nos maisons et tout ce qu'on a perdu, mais c'est une reconnaissance», a commenté Haley Jackson, une professeur de danse de 23 ans.

Un animateur de quartier, Dymond Allen, dent en or et tee-shirt aux couleurs de la Jamaïque, s'enorgueillit d'avoir parlé au prince Charles mais observe: «Honnêtement, je ne crois pas que la famille royale soit au contact de l'homme de la rue».

Le jeune homme de 33 ans, qui avait patrouillé la nuit des émeutes à Tottenham pour contenir les fauteurs de troubles, renvoie la responsabilité à la police: «Les gens en ont marre de la brutalité policière. S'ils n'avaient pas tué Mark en pleine rue comme ils l'ont fait, ce ne serait pas arrivé». (afp)

Ton opinion