Football – Euro 2016: La Fan Zone de Genève à l'heure albanaise
Actualisé

Football – Euro 2016La Fan Zone de Genève à l'heure albanaise

La plaine de Plainpalais a vibré samedi. Au programme: ferveur balkanique tout au long de la rencontre et soulagement suisse au coup de sifflet final.

par
Julien Culet
1 / 13
11.06.16. Genève. La Fan Zone s'est remplie petit à petit ce samedi.

11.06.16. Genève. La Fan Zone s'est remplie petit à petit ce samedi.

Keystone/Salvatore di Nolfi
11.06.16. Genève. Les supporters albanais sont venus en nombre pour soutenir leur équipe.

11.06.16. Genève. Les supporters albanais sont venus en nombre pour soutenir leur équipe.

Keystone/Salvatore di Nolfi
11.06.16. Genève. De nombreux supporters étaient tiraillés entre leur pays d'origine, l'Albanie, et leur terre d'accueil, la Suisse.

11.06.16. Genève. De nombreux supporters étaient tiraillés entre leur pays d'origine, l'Albanie, et leur terre d'accueil, la Suisse.

Keystone/Salvatore di Nolfi

Le rouge était de mise à la Fan Zone de Plainpalais, ce samedi après-midi. Les quatre écrans géants diffusaient le match de l'Euro de foot Albanie-Suisse. Prévue pour accueillir jusqu'à 11'000 personnes, la plaine s'est remplie petit à petit, à la faveur d'un temps que l'on annonçait pluvieux mais qui s'est dégagé en seconde période. Si la Nati l'a emportée par la plus petite des marges, 1-0, c'est bien l'aigle noir, symbole du pays des Balkans, qui a remporté la rencontre côté supporters.

Suisses plus présents en 2e mi-temps

Dès le début à 15h, une colonie albanaise s'est formée devant l'écran nord. Elle a donné de la voix et de la corne de brume durant toute la partie. La faute à une équipe de Suisse qui n'a pas su tuer le match, malgré une ouverture du score dès la 5e minute et un avantage numérique à 11 contre 10 pendant les deux tiers de la rencontre. L'expulsion du capitaine albanais Lorik Cana, formé au Lausanne-Sport, a d'ailleurs suscité cris et stupeur. Un supporter suisse un brin provocateur a été pris à partie et prié de s'éloigner des supporters balkaniques.

Les Suisses ont commencé à se faire entendre en deuxième mi-temps, même si le match a commencé à perdre de son rythme. Deux actions notamment, une course de Dzemaili (59') et un tir de Seferovic (65'), ont fait se soulever la Fan Zone. Puis c'est la technique qui a fait frémir les footeux. Dix minutes avant la fin de la partie, un compte à rebours est apparu sur les écrans: la box Swisscom de l'organisation a menacé de s'éteindre. Fausse alerte, le match a repris après une petite coupure.

«Content quoi qu'il arrive»

Aucun incident n'a été à déplorer au coup de sifflet final. Si une bouteille de Coca a fusé des rangs albanais pour aller percuter l'écran nord, les supporters de tous bords se sont dispersé sans souci. «1-0 c'est déjà bien. De toute façon, que ce soit l'un ou l'autre qui gagnait, j'étais content», réagit Azemi, Albanais qui vit en Suisse depuis 18 ans. Il a senti les joueurs des Balkans «un peu tendus. C'est la première fois de notre histoire qu'on participe à une compétition».

Du côté suisse, c'est la délivrance. La Nati a joué à se faire peur toute la rencontre. «Il n'y a que les trois points qui comptent mais on a raté des actions immanquables», estiment Orane et Philippe. Drapeau à croix blanche sur les épaules, ils saluent les adversaires du jour. «L'Albanie a montré bien plus d'envie, jugent-ils. On a peur contre la France et la Roumanie.»

(vidéo: Web TV Genève)

Ton opinion