Défilé du 14 juillet: La fanfare joue du Daft Punk, Trump cache sa joie
Actualisé

Défilé du 14 juilletLa fanfare joue du Daft Punk, Trump cache sa joie

Une surprise attendait le président américain sur l'avenue des Champs-Elysées, à l'occasion de la traditionnelle parade militaire.

La fanfare militaire a rompu vendredi avec la solennité du défilé militaire du 14 juillet en France en jouant un pot pourri du groupe français Daft Punk, sous l'oeil surpris du président américain Donald Trump, invité d'honneur de la parade.

La fanfare a commencé par rendre hommage aux victimes de l'attentat de Nice, qui a fait 86 morts il y a un an jour pour jour, en jouant l'hymne de la Cité des anges, «Nissa la Bella», et en se positionnant de façon à former le mot: Nice. Puis, changement d'ambiance. Les militaires se mettent à jouer des morceaux du groupe de musique électronique Daft Punk avec entrain, provoquant d'abord la stupeur des invités.

A la tribune d'honneur, le chef de l'Etat Emmanuel Macron hésite un instant, puis sourit, mais Donald Trump a l'air incrédule. Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian affiche pour sa part un air pincé, contrairement à des militaires, qui commencent à taper des mains en souriant. A la fin du morceau, Donald Trump applaudit avec vigueur.

Le président américain et son épouse Melania étaient les invités d'honneur de la France pour commémorer le centenaire de l'entrée des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale. Quelque 3765 militaires français et américains ont défilé à pied entre l'Arc de Triomphe et la Place de la Concorde, en plein coeur de Paris.

Melania Trump visite des enfants à l'hôpital

Dès son arrivée à Paris, la Première Dame des Etats-Unis, Mélania Trump, s'est rendue auprès des enfants malades du centre hospitalier Necker à Paris.

(afp)

Melania Trump poursuit sa visite de Paris

Après avoir quitté la cathédrale Notre-Dame de Paris, Melania Trump, toujours accompagnée de Brigitte Macron, a poursuivi sa visite de la capitale en bateau sur la Seine.

Climat: Macron respecte la position de Trump

Le président américain Donald Trump a affirmé que "quelque chose pourrait se passer" sur l'accord de Paris.

Ton opinion