Procès BCGE à Genève: La faute à la malédiction?
Actualisé

Procès BCGE à GenèveLa faute à la malédiction?

La Banque cantonale de Genève (BCGE) a été victime d'une sorte de malédiction, a fait savoir mardi au procès de la débâcle de la BCGE Georges-André Cuendet, membre du comité de banque de 1994 à 2000.

Selon M. Cuendet, la BCGE était un édifice fragile dès sa création en 1994. L'établissement est né de la fusion entre la Banque hypothécaire et la Caisse d'épargne de Genève, deux banques qui ont amené dans leurs bagages un grand nombre d'affaires à risque. «Le ver se trouvait dans le fruit».

Gagner du temps

Dès le départ, l'assainissement de la banque apparaissait comme incontournable. «Il aurait fallu disposer de 10 à 15 ans pour y parvenir», a expliqué M.Cuendet. Pour gagner du temps, les dirigeants de l'établissement, qui se trouvent aujourd'hui sur le banc des accusés, ont «minimisé» les problèmes.

La BCGE disposait de très peu de marge de manoeuvre, car le ménage n'avait pas été fait en 1994 . Pour rendre le bilan acceptable, des crédits douteux ont donc été transférés à des sociétés de portage. Le but était «de colmater les brèches en attendant des jours meilleurs», qui ne sont jamais venus, a souligné M.Cuendet.

Maintenir la confiance

La banque craignait en effet plus que tout d'entamer son capital confiance auprès de l'extérieur. Elle aurait signé «son arrêt de mort», a relevé M.Cuendet. Pour éviter d'en arriver là, quelques artifices comptables ont été utilisés. La BCGE a notamment pratiqué une politique de sous-provisionnement de ses risques.

Tout le monde était au courant de la situation, a affirmé M.Cuendet. «Ce n'était un secret pour personne, car Genève est un grand village». Selon l'ancien membre du comité de banque, la création de la BCGE, qui obéissait à des raisons économiques aussi bien que politiques, a été un pari sur l'avenir qui a été perdu.

Le comité de banque de la BCGE était une émanation du conseil d'administration de l'établissement. Il était composé de cinq membres et se réunissait chaque semaine. Il s'occupait exclusivement de la stratégie de la banque. Il avait des contacts réguliers avec la direction de l'établissement.

(ats)

Ton opinion