Nue aux César: La faute de grammaire de «Capitaine Marleau» passe mal
Publié

Nue aux CésarLa faute de grammaire de «Capitaine Marleau» passe mal

L'actrice Corinne Masiero s’est déshabillée sur la scène des César le 12 mars, pour protester contre la fermeture des salles. Si certains saluent le geste, ce qui était écrit sur son dos lui a valu plusieurs moqueries.

Symbole d'une cérémonie des César qui a suscité la controverse, Corinne Masiero persiste et signe. L'héroïne de «Capitaine Marleau» s'est entièrement déshabillée en direct à la télévision pour protester contre la fermeture des salles de cinéma en raison des restrictions anti-Covid en France.

«Je m'attendais à davantage de réactions des méchants. Mais j'ai reçu un tsunami de soutiens de plein de gens du spectacle, du cinéma et même de spectateurs», explique-t-elle dans une interview au Parisien.

La cérémonie, ce «naufrage»

Un retour qui fait «un bien fou», confie-t-elle, tout en martelant son message de soutien aux professionnels du cinéma en difficulté, mais aussi «aux soignants et aux commerçants». Un discours positif qui tranche avec les commentaires observés sur les réseaux sociaux.

Qualifiée de «naufrage» par une partie de la presse française, la cérémonie très politique des César a engendré de nombreuses critiques de la part des internautes, politiques et journalistes de tous bords, la plupart dénonçant un entre-soi nombriliste et donneur de leçons. L'actrice originaire du nord de la France a cristallisé une grande partie de ce ressentiment.

Si les critiques sont légions, d'autres ont préféré saluer le geste de la comédienne. Quant aux plus taquins, ils n'ont pas manqué de souligner la faute de grammaire sur le slogan «Rends nous l'art, Jean» adressé au Premier ministre Jean Castex. Un «s» a en effet été oublié à la deuxième personne de l'impératif du verbe rendre.

Et César, alors?

On parle d’une faute de grammaire sur un dos, certes. Mais n’y aurait-il pas une autre faute en ce qui concerne la «cérémonie des César»? Non, bien qu’il puisse faire mal aux yeux, César ne s’accorde pas au pluriel. Parce qu’il s’agit d’un nom propre. En effet la cérémonie doit son nom au sculpteur César Baldaccini, qui a façonné les récompenses remises durant cet événement. Les Oscars, eux, prennent le «s», sans faire de chichi.

(th/szu)

Ton opinion