La Fed laisse son taux directeur à 2% face aux incertitudes

Actualisé

La Fed laisse son taux directeur à 2% face aux incertitudes

La Réserve fédérale américaine a comme prévu laissé inchangé mardi son taux directeur à 2%. La Fed a souligné les incertitudes d'une économie assaillie par une menace de dérapage de l'inflation.

«Même si les risques d'affaiblissement de la croissance demeurent, les risques d'une hausse de l'inflation suscitent aussi une inquiétude significative», a estimé le Comité de politique monétaire (FOMC) dans son communiqué.

La Fed ne fait ainsi plus allusion à une diminution des risques pour la croissance, qui avait été vue dans le précédent communiqué comme annonciatrice en filigrane de hausses des taux à venir.

Le communiqué est cette fois plus neutre sur l'équilibre des risques pesant sur l'économie, dans la lignée du discours du président de la Fed Ben Bernanke à la mi-juillet.

Wall Street bondit

C'est la deuxième fois consécutive que la Fed opte pour le statu quo, après avoir drastiquement abaissé son taux de 3,25 points depuis septembre.

La Bourse de New York a fortement accrû ses gains mardi après cette décision, le Dow Jones gagnant 2,64% et le Nasdaq 2,35% en milieu d'après-midi, tandis que le dollar préservait ses gains face à l'euro.

La décision, qui avait été largement anticipée par les analystes, a été prise à l'unanimité moins une voix. Comme en juillet, le président de la Fed de Dallas, Richard Fisher, a voté contre en expliquant qu'il aurait préféré une hausse des taux.

Peur de l'inflation

En effet des risques demeurent sur le front de l'inflation et la banque centrale a subtilement durci le message sur ce front.

Selon la Fed, l'inflation a été «élevée» ces derniers temps, du fait de la hausse des prix de l'énergie et des matières premières, et certains indicateurs concernant les anticipations d'inflation ont eux aussi été «élevés».

La banque centrale est particulièrement inquiète d'un possible dérapage des anticipations d'inflation car cela risque de mettre en branle une spirale de hausse des prix particulièrement difficile à enrayer ensuite.

«Le comité s'attend à ce que l'inflation se modère cette année et l'année prochaine», a-t-elle répété, tout en soulignant que les perspectives en matières d'inflation demeuraient «hautement incertaines». Lors de sa précédente réunion, elle s'était contentée de parler d'incertitudes «élevées».

Marché de l'emploi «affaibli»

La banque centrale a relevé que l'activité économique avait augmenté au deuxième trimestre, «traduisant en partie une croissance de la consommation des ménages et des exportations».

Mais elle a averti que «les conditions de crédit restrictives, la poursuite de la contraction de l'immobilier résidentiel et les prix de l'énergie élevés devraient peser sur la croissance économique pendant les prochains trimestres».

De plus le marché de l'emploi s'est «de nouveau affaibli» et «des tensions considérables» demeurent sur les marchés financiers, a-t-elle noté.

La banque centrale répétait ainsi ses inquiétudes sur la santé des marchés financiers, secoués une nouvelle fois début juillet par les déboires des organismes de refinancement hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac.

Pour tenter d'apaiser les tensions, la Fed avait fait un geste important la semaine dernière en prolongeant et élargissant les facilités de financement qu'elle consent aux banques.

(ats)

Ton opinion