droits de l'homme: La femme d'un dissident chinois réapparaît
Actualisé

droits de l'hommeLa femme d'un dissident chinois réapparaît

Zeng Jinyan avait disparu de Pékin à la veille de l'ouverture des Jeux olympiques. En même temps, Hu Shigen, l'un des plus anciens prisonniers politiques chinois a été libéré après 16 années de détention.

Hu Shigen, l'un des plus anciens prisonniers politiques chinois a été libéré mardi après 16 années de détention. Il avait été condamné à vingt ans d'emprisonnement pour avoir bravé l'interdiction de créer un parti politique.

Hu, âgé de 53 ans, a été accueilli par ses proches à sa sortie d'une prison pékinoise, a dit son frère à l'agence Reuters. Des policiers en civil ont en revanche empêché d'autres dissidents de se rendre devant la prison pour le saluer, a affirmé par téléphone l'activiste Zhao Xhin.

Deux jours après la fin des JO

Sa libération intervient deux jours après la clôture des Jeux olympiques, événement qui a occasionné un recul des droits de l'homme en Chine selon des militants.

L'ancien conférencier à l'Institut des langues de Pékin a vu sa condamnation réduite une première fois en 2005 et de nouveau cette année, ce qui lui a permis d'être libéré quatre ans avant le terme de sa peine. Il n'a cependant pas pu être interrogé par les journalistes à sa sortie de prison, car il reste privé de ses droits politiques pour quatre ans.

Hu avait participé en 1991 à la création du Parti de la démocratie et de la liberté en Chine. Il avait été arrêté l'année suivante, alors qu'il organisait des commémorations en mémoire des victimes de la répression des manifestations étudiantes sur la place Tiananmen en 1989.

Reconnu coupable d'activités contre-révolutionnaires, il avait été condamné avec dix autres personnes pour «création d'un parti ou syndicat indépendant», un chef d'accusation qui a disparu du droit chinois depuis. Il avait écopé de la plus lourde peine du groupe.

Epouse d'un dissident libérée

Par ailleurs, l'épouse du dissident emprisonné Hu Jia, qui avait disparu de Pékin à la veille de l'ouverture des Jeux olympiques, a été ramenée samedi dans son appartement pékinois, selon son blog. Zeng Jinyan, âgée de 24 ans, indique sur son site internet qu'elle et son bébé se portent bien.

Zeng Jinyan, qui vit en résidence surveillée depuis des mois, ne précise pas qui l'a emmenée. Au moment de sa disparition, le 7 août, son avocat et des ONG avaient estimé que les autorités ne voulaient pas de sa présence à Pékin pendant les Jeux olympiques.

Sur son blog, elle affirme aussi que son mari, l'une des voix les plus critiques du régime, a récemment été forcé de ratisser des feuilles dans la cour de sa prison sept heures par jour.

Atteint notamment d'une cirrhose du foie, le dissident de 35 ans se serait vu infliger cette tâche après avoir critiqué des méthodes punitives en prison portant atteinte, selon lui, à la dignité humaine. (ats)

Ton opinion