La fête nationale vire à la castagne
Actualisé

La fête nationale vire à la castagne

Les skinheads n'étaient pas invités à la fête nationale sur la prairie du Grütli. A Bâle, la police a compté un nombre inhabituel de rixes.

Au bord du Rhin, les festivités ont compté lundi soir avec un feu d'artifice qui a attiré 90 000 personnes. La police a dû intervenir pas moins de 720 fois pour calmer «une minorité de personnes agressives». Une rixe au couteau s'est produite vers 2 h. Un Suisse de 21 ans a été blessé au ventre. A Zuchwil (SO), deux ados se sont blessés avec des engins pyrotechniques qu'ils manipulaient.

Le 715e anniversaire de la Suisse a été fêté sans encombre sur la prairie du Grütli. La fête s'est déroulée hier sur invitation et sous haute surveillance. Une douzaine d'extrémistes de droite et de gauche ont été refoulés du proche village de Brunnen (SZ) lundi, dont un skinhead de 18 ans muni d'un couteau à cran d'arrêt et d'un spray lacrymogène. Un impressionnant dispositif policier a été érigé, verrouillant le village.

Pour la cérémonie du Grütli, 1600 invitations ont été distribuées. Environ 200 personnes jugées suspectes n'ont pas reçu leur sésame. Pièces d'identité et bagages ont subi un contrôle strict.

A Lenzburg (AG), la police a fait barrage à un groupe de 150 à 200 extrémistes de droite qui voulaient perturber le discours du conseiller fédéral Samuel Schmid, qui a pu s'exprimer en toute tranquillité. Le temps a sauvé in extremis les feux du 1er Août dans les deux Appenzells. Zurich et Genève étaient les seuls à maintenir l'interdiction absolue de tout feu.

ert/ats/ap

Ton opinion