Actualisé 27.03.2008 à 18:34

La fièvre du poker s'est emparée de la Suisse

Depuis son autorisation en Suisse, le poker connaît un engouement croissant. A peine annoncés sur internet, les tournois affichent complet.

«Le poker est un sport, une identité personnelle qui, au fil du temps apporte une connaissance de soi-même et un respect des personnes autour d'une table.»

Sur virus.rsr.ch, «Patron» devient lyrique lorsqu'il parle de sa passion pour le poker. Une passion qui peut désormais s'assouvir en toute légalité. En effet, en décembre dernier, la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) a décrété que les tournois de poker pouvaient être organisés, sous certaines conditions.

Dès l'annonce de cette légalisation, les demandes d'organisation de tournoi ont foisonné, tout comme les clubs et associations. Et le jeu ne serait pas si ruineux: «Ce soir, je perdrai au maximum 25 fr., la finance d'inscription, et j'en gagnerai au mieux 280», remarque Smaïn, rencontré autour d'une table à Bienne.

La plupart des tournois suisses demandent une finance d'inscription de 100 fr. et promettent 1000 fr. de gain potentiel. Généralement, dès leur annonce sur le net, ils affichent complet. Ils profitent aussi financièrement aux établissements publics dans lesquels ils sont organisés.

«Sans nos tournois du mercredi soir, le bar resterait quasi vide», note Lionel Houlmann, patron du Glatz, à Tramelan (BE). Mais cet engouement ne fait pas que des heureux. L'association suisse des casinos a déposé un recours, estimant que le poker n'est qu'un jeu de hasard.

Daniel Schwab (RSR)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!