La FIFA roule sur l'or
Actualisé

La FIFA roule sur l'or

La FIFA respire la santé ! A Zurich, le président Sepp Blatter a présenté avec une fierté légitime les comptes 2005 de la plus grande fédération sportive.

Ils enregistrent un bénéfice de 214 millions de francs. Les fonds propres de la FIFA s'élèvent désormais à 461 millions de francs.

«Le football doit servir de plus en plus la société aujourd'hui, explique Sepp Blatter. Une telle mission exige des idées, du courage, un sens des responsabilités et, bien sûr, de l'argent. Je reviens d'un voyage en Asie, dans les pays qui ont été frappés par le tsunami. Avec ses moyens, le football a permis aux populations sinistrées de reprendre goût à la vie. Des joueurs comme Cristiano Ronaldo et Paolo Maldini n'ont pas hésité à se rendre en Indonésie et aux Maldives pour témoigner de leur soutien. Quant à nous, nous avons pu réunir près de onze millions de francs pour reconstruire des nouveaux terrains».

Politique de développement

Le plateau de la prochaine Coupe du monde démontre, aux yeux de Sepp Blatter, toute l'importance du programme de développement mené par la FIFA. «Sur trente-deux équipes, huit participeront pour la première fois à une phase finale. Sans notre politique de dévoloppement, jamais nous n'aurions assisté à une telle redistribution des cartes». On rappellera que 176 associations ont bénéficié du programme «Goal» au travers de 223 projets. Ce programme a été finalisé il y a six ans lors du congrès exraordinaire de Los Angeles.

On le sait, les fabuleux revenus de la Coupe du monde permettent à la FIFA de présenter un tel bilan financier. Mais depuis le 11 septembre 2001, les compagnies d'assurances ne veulent plus couvrir le risque d'une annulation de la Coupe du monde. «Cette nouvelle donne nous incite à modifier notre politique, souligne le secrétaire général Urs Linsi. Il est devenu impératif pour la FIFA d'accroître ses fonds propres pour qu'à l'avenir les dépenses courantes soient couvertes par l'argent d'une Coupe du monde précédente et non plus par les recettes d'une Coupe du monde à venir. En deux mots, nous devrons dépenser ce que nous aurons dans nos caisses».

La FIFA espère ainsi disposer de 850 millions de francs de fonds propres en 2010. «Si nos projections se vérifient, nous disposerons, après 2014, d'un matelas suffisant pour vivre sans les recettes de la Coupe du monde 2018», poursuit Urs Linsi.

Vertige

Mais dans l'immédiat, les chiffres de la Coupe du monde 2006 ne cessent de donner le vertige: un budget de 871 millions de francs dont 300 seront donnés aux trente-deux équipes en lice. D'ores et déjà, toutes les équipes sont assurées de toucher un chèque de 7 millions de francs: 1 million pour les frais de préparation et 2 millions pour chacune des rencontres du premier tour. Le vainqueur du tournoi sera rétribué à la hauteur de 24,5 millions de francs.

(si)

Ton opinion