Actualisé 13.10.2012 à 20:13

Match Suisse - Norvège La FIFA se penchera sur le geste d'Hitzfeld

Le doigt d'honneur du sélectionneur suisse aura des suites. La Commission de discipline de la Fifa va étudier le dossier.

Ottmar Hitzfeld a affirmé que son geste était destiné à lui-même.

Ottmar Hitzfeld a affirmé que son geste était destiné à lui-même.

Le geste déplacé d'Ottmar Hitzfeld vendredi contre la Norvège ne restera peut-être pas sans conséquence. La FIFA va se saisir du dossier.

La FIFA a en effet annoncé qu'elle allait transmettre le rapport de la rencontre entre la Suisse et la Norvège à sa Commission de discipline. Celle-ci décidera ensuite d'ouvrir ou non une procédure à l'encontre d'Ottmar Hitzfeld, coupable de deux doigts d'honneur à la mi-temps et en fin de partie vendredi à Berne.

Le dossier sera non pas traité par le président de la Commission, puisque c'est le Suisse Marcel Mathier, mais par son second, le Vénézuélien Rafael Esquivel.

Hitzfeld s'excuse

Samedi à la mi-journée, Ottmar Hitzfeld avait fait son mea culpa devant la presse suisse, assurant être «désolé de ce qui s'est passé» durant cette rencontre des éliminatoires de la Coupe du monde 2014 s'étant conclue par un nul (1-1). Le sélectionneur de l'équipe de Suisse, extrêmement irrité par l'arbitrage de M. David Fernandez Borbalan, avait aussi toutefois affirmé que son geste ne visait pas spécifiquement l'Espagnol mais était le signe d'une frustration générale.

«Peu importe en direction de qui je l'ai fait», avait-il éludé avant d'estimer qu'il ne craignait aucune sanction de la part de la FIFA. «Comment pourrait-on me sanctionner pour un doigt d'honneur que je me suis adressé à moi-même ?», avait-il demandé.

Il s'agit du deuxième cas de ce type qui défraie la chronique cette semaine, après la suspension d'un match (plus un autre avec sursis) infligée par l'UEFA à l'entraîneur de Montpellier René Girard mercredi. Le coach du champion de France avait lui aussi adressé un doigt d'honneur à son homologue de Schalke Huub Stevens lors d'un match de Ligue des champions. (ats)

Une jurisprudence Girard ?

Le geste dont Ottmar Hitzfeld s'est rendu coupable vendredi soir à Berne n'est pas isolé. L'Allemand semble s'être mis au diapason d'une mode automnale lancée par le Français René Girard. L'entraîneur de Montpellier a écopé mercredi d'un match de suspension ferme et d'un avec sursis. Une sanction ordonnée par l'UEFA. Le technicien français avait adressé la semaine précédente un doigt d'honneur à son homologue de Schalke 04, Huub Stevens, lors d'un match comptant pour la Champions League. Le sursis restera en vigueur trois ans, et Girard a également été condamné à payer une amende de 5000 euros.

Questionné vendredi soir à Berne sur le geste d'Ottmar Hitzfeld, son adjoint Michel Pont - lui aussi très remonté contre l'arbitrage discutable de l'Espagnol David Fernandez Borbalan - a affirmé ne rien avoir vu. "Vous me l'apprenez", a-t-il répondu en aparté à l'envoyé spécial de 20 minutes. Désormais alertés, les émissaires de la FIFA ont décidé de s'attarder sur l'écart de conduite du sélectionneur de la Suisse. Calqueront-ils leur sentence sur l'organe européen ? Rien n'est moins sûr.

Pour l'heure, la FIFA s'est contentée d'annoncer qu'elle allait transmettre le rapport de la rencontre entre la Suisse et la Norvège à sa Commission de discipline. Celle-ci décidera ensuite d'ouvrir ou non une procédure à l'encontre d'Ottmar Hitzfeld, coupable de deux doigts d'honneur à la mi-temps et en fin de partie vendredi à Berne.

Le dossier ne sera pas traité par le président de la Commission, le Suisse Marcel Mathier. Il sera empoigné par son second, le Vénézuélien Rafael Esquivel. (mfr)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!