Actualisé 10.06.2015 à 09:36

Scandale à la FIFALa FIFA, une organisation «quasi dictatoriale»

Mark Pieth, à qui Sepp Blatter avait confié une réflexion sur la gouvernance de la FIFA, estime que «sa structure quasi dictatoriale» doit être réformée en profondeur.

«La FIFA possède une structure quasi dictatoriale, déjà sous Joao Havelange et encore plus avec Blatter», a estimé mercredi le Suisse Mark Pieth, professeur de droit à l'Université de Bâle, dans un entretien à l'AFP.

La FIFA, plongée dans une crise sans précédent, présente «une structure ultraprésidentielle, sans assez de contre-pouvoirs». «Il faut limiter les pouvoirs du président, mais aussi ceux du comité exécutif. Il faut aussi limiter à deux les mandats du président, c'est ce que nous préconisions», a ajouté le professeur de droit, qui avait été mandaté par la FIFA pour l'aider à réfléchir à des réformes de sa gouvernance.

«Revoir le principe d'un pays/une voix»

M. Pieth, qui recommande aussi de «revoir le principe d'un pays/une voix», a terminé sa mission à la fin 2013 sans qu'aucune de ses recommandations ne soit mise en oeuvre.

Afin de se prémunir face à l'implication de membres du comité exécutif dans de nouveaux scandales de corruption, le professeur de droit suggère aussi une «enquête éthique ou enquête d'habilitation, menée au niveau de la FIFA, et non au niveau des confédérations, sur les candidats, avant leur élection et leur entrée au comité exécutif».

Cette enquête, «une proposition qui avait été bloquée par l'UEFA», n'est «pas une garantie», mais permettrait d'«anticiper (...) des problèmes». «Ainsi, pour Jeffrey Webb, on a pensé qu'il faisait partie des réformateurs, mais si on avait mené une enquête sur lui ou d'autres, on aurait pu voir qu'ils étaient proches des anciens combattants», a souligné M. Pieth.

Jeffrey Webb, ancien président de la Confédération d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf) a été révoqué de son poste et fait partie des 14 personnes inculpées par la justice américaine pour corruption.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!