Alimentation - La filiale américaine de JBS victime d’une cyberattaque
Publié

AlimentationLa filiale américaine de JBS victime d’une cyberattaque

La filiale aux États-Unis du géant agroalimentaire brésilien JBS, un des leaders mondiaux du secteur de la viande, a annoncé lundi être victime depuis dimanche d’une «cyberattaque organisée».

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

«JBS USA a découvert qu’elle était visée par une attaque de cybersécurité organisée affectant plusieurs des serveurs sur lesquels est basé son système informatique en Amérique du Nord et en Australie», a fait savoir l’entreprise dans un communiqué, sans préciser la nature de cette attaque. L’intrusion a été détectée dimanche, selon ce communiqué. Tous les systèmes affectés ont été arrêtés et les autorités saisies, a précisé JBS USA, ajoutant que ses systèmes de secours n’avaient pas été affectés par l’incident.

«À ce stade, l’entreprise n’est informée d’aucun mauvais usage des données concernant ses clients, ses fournisseurs ou ses employés résultant de cette situation», a ajouté JBS USA, avertissant tout de même que des transactions avec ses clients et fournisseurs pourraient être «ralenties».

Colonial Pipeline

Mais les activités de sa filiale australienne ont été paralysées et les 10’000 employés renvoyés chez eux sans salaire, a indiqué à l’AFP un responsable syndical, Matt Journeaux. La direction de la filiale ne sait pas encore quand ses activités pourront reprendre, a-t-il ajouté.

JBS, spécialisée dans les produits à base de bœuf, de poulet et de porc, est l’une des plus grosses entreprises agroalimentaires du monde. Outre le Brésil et les autres pays d’Amérique latine, elle est présente aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni.

Les multinationales sont régulièrement la cible de cyberattaques. Une attaque informatique avait visé début mai Colonial Pipeline, le plus important réseau d’oléoducs de produits raffinés aux États-Unis fournissant 45% des carburants de la côte est américaine.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires