Russie - La fille d’un pilote de l’armée tuée par une meute de chiens errants
Publié

RussieLa fille d’un pilote médaillé tuée par une meute de chiens errants

La petite Margarita, 7 ans, a trouvé la mort en rentrant d’un cours de musique, samedi en Transbaïkalie. Ce drame a soulevé une vague de colère chez les habitants de son village.

La fillette a été prise en embuscade sur un chemin étroit.

La fillette a été prise en embuscade sur un chemin étroit.

Twitter

Personnellement honoré par Vladimir Poutine pour son courage lors d’une mission en Syrie, le pilote militaire Anton Kanorsky vit une épouvantable tragédie. Sa fille Margarita, 7 ans, a trouvé la mort dans des circonstances effroyables, samedi en Transbaïkalie (nord-est), rapporte iz.ru. La petite fille était en train de rentrer d’un cours de musique quand elle a été prise au piège par une meute de chiens errants. Coincée sur un chemin étroit, la malheureuse n’avait aucune chance de s’en sortir.

Les animaux lui ont arraché une jambe et ont mutilé son visage. À son arrivée sur les lieux, la police a dû chasser les chiens pour pouvoir atteindre le corps de l’enfant, qui avait été traîné vers des terres isolées. En état de choc, la mère de Margarita a été emmenée d’urgence à l’hôpital, selon le «Daily Mail». Après l’enterrement de la fillette, auquel ses camarades de classe ont assisté, les habitants du village de Domna ont laissé éclater leur colère. Ils reprochent aux autorités de ne rien avoir fait pour prévenir la population de la présence de dangereuses meutes de chiens dans la région.

Le major Kanorsky, père de la victime, avait été décoré par Vladimir Poutine en 2016.

Le major Kanorsky, père de la victime, avait été décoré par Vladimir Poutine en 2016.

Kremlin.ru

Pour calmer les esprits dans cette petite commune de 6300 âmes, le gouverneur régional Alexander Osipov s’est précipité sur place. «C’est impossible de mettre des mots sur notre peine et notre deuil. Au nom de toute la région, je fais part de tout notre soutien à toute la famille de l’enfant. Nous allons enquêter consciencieusement sur cette tragédie», a-t-il déclaré. Le gouverneur a tout de même rappelé que la loi russe n’autorisait pas les autorités locales à éliminer ou déplacer des chiens errants d’une communauté.

Les habitants ont donc agi par leurs propres moyens, organisant des tournées de surveillance pour abattre les animaux qui se montreraient menaçants. «Quelle différence est-ce que ça va faire? Même si nous prenons des armes ou des bâtons, ça ne ramènera pas l’enfant», déplore une habitante effondrée.

(joc)

Ton opinion