Actualisé 05.03.2012 à 16:42

PresseLa «fin de l'ère Poutine»!

Critique quant à la «fausse élection» de Vladimir Poutine dimanche, la presse américaine jugeait lundi déjà que ce «couronnement» marquait la «fin du poutinisme ».

«Le mouvement anti-Poutine est l'une des nouvelles les plus réjouissantes de ces dernières années», selon le Wall Street Journal.

«Le mouvement anti-Poutine est l'une des nouvelles les plus réjouissantes de ces dernières années», selon le Wall Street Journal.

«L'autocratie qui a prévalu (en Russie) au cours de la dernière décennie est déjà morte. La seule question est de savoir ce qui suivra et quand», écrit le Washington Post au lendemain de l'élection qui a vu Vladimir Poutine l'emporter avec près de 64% des voix, selon des résultats quasi définitifs publiés par la commission centrale électorale.

Parallèle avec la Chine

Rappelant que l'opposition et les observateurs jugent que le scrutin a été entaché de fraudes, le Washington Post tente un parallèle avec la Chine. «Les classes moyennes russe et chinoise ne tolèreront plus d'être exclues des décisions politiques pendant dix années supplémentaires. Preuve en est qu'à Moscou des dizaines de milliers de personnes ont protesté dans la rue pour dénoncer les fraudes commises lors des élections législatives de décembre», la «fin du poutinisme » n'est donc pas loin, prédit le quotidien.

Plus prudent, le New York Times explique que «de nouvelles manifestations sont prévues» pour dénoncer les fraudes, mais préfère laisser parler des Russes outrés par cette élection que certains qualifient de «honte».

Transition vers la démocratie encore longue

Si pour le Wall Street Journal «le couronnement de M. Poutine» est une affaire bouclée «de longue date», une des clefs de son succès réside dans son anti-américanisme.

«Le président Obama avait misé sur une relance des relations avec la Russie, croyant qu'elle mènerait à une collaboration plus vaste. Mais M. Poutine s'est opposé à des sanctions sévères contre l'Iran, il a appuyé le dictateur syrien chancelant et menacé de pointer des missiles vers l'Europe si les missiles de défenses américains étaient déployés contre l'Iran», note le Wall Street Journal.

«Le mouvement anti-Poutine est l'une des nouvelles les plus réjouissantes de ces dernières années en Russie, mais la fausse élection de dimanche montre que la transition vers la démocratie est encore longue», conclut le quotidien financier. (afp)

Manifestants interpellés

Une centaine d'opposants ont été interpellés lors d'une manifestation à Saint-Pétersbourg pour réclamer des élections honnêtes au lendemain de la victoire de Vladimir Poutine à la présidentielle russe, a constaté une journaliste de l'AFP.

Près de 1.500 opposants, scandant des slogans tels que «Honte à Poutine», ont tenté de se réunir dans le centre de Saint-Pétersbourg, où un important dispositif policier a été déployé pour disperser ce rassemblement non-autorisé.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!