Montreux Jazz Festival: La fin du papier par souci de visibilité et d'écologie
Actualisé

Montreux Jazz FestivalLa fin du papier par souci de visibilité et d'écologie

Le journal du Montreux Jazz n'existe plus. Il a été remplacé par #LastNight, uniquement visible sur le web.

par
Julien Delafontaine
Kevin Donnet apprécie de travailler avec un média moderne.

Kevin Donnet apprécie de travailler avec un média moderne.

F. Melillo

Le «Montreux Jazz Chronicle» était imprimé depuis 2012. Tiré chaque jour à 2500 exemplaires, il était distribué sur tout le site du festival. «#LastNight n'est rien d'autre que son évolution numérique», annonce d'emblée Kevin Donnet, Communication Manager. Trois raisons ont poussé le festival à abandonner le papier pour le web.

«D'abord c'est bien plus écologique. Ensuite, c'est plus économique. Enfin, il peut ainsi être lu par beaucoup plus de monde que simplement les festivaliers montreusiens», explique-t-il. Relayées sur les réseaux sociaux, les parutions de #LastNight touchent potentiellement plus de 560'000 personnes sur Facebook, 117'000 sur Twitter et 34'000 sur Instagram.

«L'avantage est qu'on peut communiquer beaucoup d'informations avec des vidéos. Travailler dans l'immédiateté avec de l'image, c'est le pied pour un festival», ajoute Kevin, emballé.

Montreux Jazz Festival

Du 30 juin au 15 juillet 2017, Montreux (VD). Infos et billets: www.montreuxjazzfestival.com

Ton opinion