Secret bancaire: La fiscalité de l'épargne n'est pas le bon instrument
Actualisé

Secret bancaireLa fiscalité de l'épargne n'est pas le bon instrument

La fiscalité de l'épargne ne constitue pas le bon instrument pour sauver le secret bancaire, estime le président du PDC Christophe Darbellay.

Selon lui, cela équivaut «à mettre la place financière suisse à genoux face à ses concurrentes» et cela ne suffira pas à alléger la pression.

Le Valaisan s'est néanmoins déclaré quelque peu soulagé que le Conseil fédéral n'ait pas fait vendredi de concessions et que sur le fond, il reste ferme sur sa volonté de garantir le secret bancaire. Il faut maintenant mettre en place une stratégie de défense du secret bancaire, a-t-il dit à l'ATS.

La composition du groupe d'experts formé par le Conseil fédéral ne le satisfait toutefois pas. «Il est dominé par l'administration et les professeurs. Les banquiers et les politiques sont sur ce coup hors jeu», a déploré M. Darbellay. (ats)

Ton opinion