Actualisé 25.03.2008 à 12:02

La flamme des Jeux de Pékin reprend la route sous haute sécurité

La flamme olympique des Jeux de Pékin a repris sa route mardi en Grèce, au deuxième jour d'un relais placé sous haute surveillance policière.

Lundi, la cérémonie d'allumage avait été perturbée par des militants de l'association Reporters sans Frontières (RSF).

La flamme a quitté la ville de Messolonghi, à l'ouest de la Grèce, où elle a passé la nuit, en route vers Ioannina, sa prochaine étape, à quelque 250 kms au nord, près de la frontière albanaise, a indiqué le Comité hellénique olympique (CHO).

Le dispositif sécuritaire est «deux fois plus important» que celui déployé lors du relais pour les Jeux d'Athènes, pour éviter tout nouveau coup d'éclat d'opposants au Pékin, a-t-on précisé au CHO.

Le Comité a aussi choisi de livrer peu de détails sur le parcours et la personnalité des relayeurs, là aussi pour raisons de sécurité.

La flamme s'éteint

Dans l'immédiat, le casse-tête pour les organisateurs vient toutefois des pluies violentes, qui éteignent régulièrement la torche, rallumée grâce à deux lampes d'apport, a-t-on ajouté de même source.

En dépit de la surveillance policière censée être draconienne, trois militants français de RSF dont le président de l'association, Robert Ménard, ont réussi lundi à perturber la cérémonie d'allumage sur le site antique d'Olympie.

Ils ont déployé une banderole et crié «liberté, liberté» près de la tribune quand le responsable chinois du Comité d'organisation des jeux (Bocog) Liu Qi entamait son discours.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!