Eats-Unis: La Floride envahie par les serpents géants
Actualisé

Eats-UnisLa Floride envahie par les serpents géants

Plusieurs espèces de serpents géants, comme le redoutable boa constrictor ou le python africain, ont envahi la Floride.

Ils se sont même adaptées à l'environnement urbain de Miami, poussant les autorités à tirer la sonnette d'alarme.

Ces espèces, qui ne sont pas originaires des Etats-Unis, posent d'autant plus de difficultés qu'elles se reproduisent rapidement dans les immenses zones marécageuses du parc national des Everglades, qui occupe une bonne partie du sud de la Floride.

Et leurs couleurs leur permettent de se fondre sans problème dans le paysage, selon une étude récente de l'Institut national de géophysique américain (USGS).

Or, aucun mécanisme ne semble efficace pour se débarrasser de ces reptiles qui tuent leurs victimes par constriction, c'est-à-dire en les étouffant, et représentent un risque élevé pour les espèces locales et les écosystèmes des régions chaudes du sud de la Floride.

Relâchés ou échappés

«Ces serpents atteignent rapidement la taille adulte, ont beaucoup de petits, sont capables de couvrir d'énormes distances et leur régime alimentaire est très large, ce qui leur permet de manger tous types d'animaux», souligne Gordon Rodda, scientifique à l'USGS, l'un des auteurs de l'étude.

Ces serpents, en outre, s'adaptent à toutes sortes d'habitats. Des boas constrictors et des pythons africains vivent ainsi dans la zone métropolitaine de Miami, affirme ce chercheur.

Selon la Commission de protection de la faune de Floride (FWC), beaucoup de ces reptiles appartenaient à des propriétaires privés qui ont fini par les relâcher.

Des experts estiment aussi que le problème pourrait remonter au passage de l'ouragan Andrew en 1992, puis à celui de Katrina en 2005, dont les dégâts ont permis à de nombreux serpents de s'échapper des animaleries.

Attaques rares

En certains endroits de Floride, on peut ainsi tomber nez à nez avec le python réticulé, l'un des serpents les plus long du monde, qui peut dépasser six mètres. Ou encore avec l'anaconda vert dont certains exemplaires pèsent plus de 90 kilos.

Le danger que ces serpents représentent pour l'homme est semblable à celui que posent les alligators, qui pullulent en Floride: des attaques sont possibles, mais rares, souligne l'étude.

En juillet, une fillette de deux ans est morte étranglée par un python birman de 3,6 mètres de long dans une maison du centre de l'Etat. Ce serpent profite en Floride d'un climat chaud et de vastes zones propices à son adaptation et à sa reproduction. Le nombre d'individus s'y compte en dizaines de milliers.

Prédateurs d'espèces locales fragiles

L'étude de l'USGS «ne nous surprend pas. Nous connaissons le problème que représentent ces serpents», a réagi Pat Behnke, porte- parole de la FWC, interrogée par l'AFP. «Les gens n'ont pas à s'inquiéter», juge-t-il cependant.

Plus préoccupant: «ces serpents géants menacent de déstabiliser certains de nos écosystèmes et de nos parcs les plus précieux, avant tout parce que ce sont les prédateurs d'espèces locales fragiles», souligne Robert Reed, co-auteur de l'étude, herpétologiste et spécialiste des espèces invasives à l'USGS.

L'examen de l'estomac des serpents géants qui ont pu être capturés montre quelles sont leurs proies préférées: chauves-souris, écureuils, lézards, iguanes et même des alligators, jusqu'ici les prédateurs les plus redoutés de la faune des marais.

(ats)

Ton opinion