Football: La folle série de tirs au but qui sauve le Milan AC
Publié

FootballLa folle série de tirs au but qui sauve le Milan AC

Les Italiens ont éliminé Rio Ave au bout d’une séance de 24 tirs au but lors de laquelle ils ont été sauvés trois fois par les montants. Le miracle en vidéo.

par
Sport-Center
Les joueurs du Milan AC sautent sur leur gardien Donnarumma après leur miraculeuse qualification pour la phase de groupe de l’Europa League jeudi soir contre Rio Ave. (AP Photo/Luis Vieira)

Les joueurs du Milan AC sautent sur leur gardien Donnarumma après leur miraculeuse qualification pour la phase de groupe de l’Europa League jeudi soir contre Rio Ave. (AP Photo/Luis Vieira)

Keystone

Existe-t-il en 2020 sur la planète football un vainqueur plus miraculeux que le Milan AC? On a un peu cherché avant de se rendre à l’évidence: Stefano Pioli aurait bon goût d’aller décrasser vendredi matin sous la voûte du Duomo, histoire de remercier la Madonna. Comment en effet ne pas reconnaître la force de l’irrationnel dans le scénario fou de la qualification milanaise, jeudi soir, sur la pelouse de Rio Ave. Jugez plutôt. Les Rossoneri ont eu besoin de vingt-quatre tirs au but – vingt-quatre! – pour voir la phase de groupe de l’Europa League. Sur le lot, ils ont écarté trois «tirs de match», été sauvés trois fois par les montants, maudit puis béni leur gardien et finalement fêté leur miracle après une deuxième réussite de Simon Kjær. Complètement fou.

Après 14 tirs parfaitement maîtrisés (7-7), la série a pris une tournure dramatique suite à l’échec de Lorenzo Colombo. Le défenseur de Rio Ave Nelson Monte s’est alors élancé pour offrir le deuxième automne européen de l’histoire à ses couleurs quand il a vu son tir touché le montant gauche, le dos de Gianluigi Donnarumma puis le montant droit après avoir longé la ligne. Une triple malchance invraisemblable. La suite se passe de commentaires. Il faut simplement regarder la vidéo et se souvenir que le Milan AC avait déjà arraché cette loterie en égalisant à la 120e minute… sur penalty. «Je n’ai jamais vu quelque chose comme ça. Mais c’est le football», a commenté Stefano Pioli. Pas sûr que, vendredi matin, le football avait bonne presse dans les rues de Vila do Conde.

Sport-Center

Ton opinion

30 commentaires