Actualisé

Otage suisse en LibyeLa Fondation Kadhafi en aide à Max Göldi?

L'avocat de Max Göldi, emprisonné en Libye depuis près de deux mois, a indiqué mercredi avoir appelé la Fondation Kadhafi à intervenir en faveur de son client.

Le Suisse est toujours détenu dans une cellule sans fenêtre. (photo: Keystone)

Le Suisse est toujours détenu dans une cellule sans fenêtre. (photo: Keystone)

«Nous avons demandé à la Fondation Kadhafi d'intervenir pour améliorer les conditions de détention de Max Göldi et d'oeuvrer pour que les 53 jours passés par mon client en prison, après son arrestation en juillet 2008, soient pris en compte», a déclaré Me Zahaf.

Selon l'avocat, la police libyenne «n'a pas suivi les procédures légales» au moment de l'arrestation de M. Göldi en 2008, en représailles à l'arrestation musclée à Genève en juillet 2008 d'Hannibal Kadhafi, sur une plainte de deux domestiques l'accusant de mauvais traitements.

Après 53 jours en prison, M. Göldi et un autre Suisse, Rachid Hamdani, avaient été libérés mais interdits de quitter le territoire libyen.

Ils s'étaient alors réfugiés à l'amabassade helvétique à Tripoli. M. Hamdani a pu quitter la Libye le 23 février dernier, tandis que M. Göldi a quitté le même jour l'ambassade helvétique à Tripoli pour se rendre aux autorités libyennes et purger une peine de quatre mois de prison pour «séjour illégal» en Libye.

Selon Me Zahaf, «si les 53 jours de prison purgés par Max Göldi à l'été 2008 sont pris en compte par la justice, Max Göldi n'aurait plus que quelques jours à passer en prison».

L'avocat a précisé par ailleurs ne pas avoir connaissance d'une lettre présumée adressée directement par son client à Seif al-Islam, publiée mercredi sur le site d'un journal libyen et relayée par la presse suisse.

«Je ne pense pas qu'il ait entrepris une telle action», a-t-il dit. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!