Actualisé 22.04.2008 à 20:25

«La forêt de Mogari»: un espace pour se sentir vivant

La réalisatrice japonaise Naomi Kawase tente un regard sur la force qu'il faut avoir pour se sentir vivre lorsque l'on a perdu l'essentiel.

Shigeki, aide-soignante dans une maison de retraite, et Machiko, l'un des résidents, ont en commun de devoir supporter la perte d'un être cher. Un jour, alors qu'ils se perdent en montagne à la suite d'un accident de voiture, le vieil homme et la jeune fille traversent la forêt de Mogari.

Un nom qui, en japonais, signifie la période consacrée au deuil, ou le lieu du deuil. En pénétrant dans la forêt, Shigeki et Machiko réapprennent à se sentir vivre. Ils se soutiennent l'un l'autre dans leur recherche de tranquillité et leur quête de l'être perdu. Esthétiquement irréprochable, la caméra de Naomi Kawase capte avec sensualité l'évolution de ces deux êtres abîmés. Fable chimérique, «La forêt de Mogari» a reçu le Grand Prix du jury à Cannes l'an dernier.

(win)

«La forêt de Mogari»

De Naomi Kawase, avec Shigeki Uda, Machiko Ono, Makiko Watanabe ***

De Naomi Kawase, avec Shigeki Uda, Machiko Ono, Makiko Watanabe ***

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!