Genève: «La formation des chômeurs est négligée»

Actualisé

Genève«La formation des chômeurs est négligée»

Le syndicat SIT estime que les cours et emplois de solidarité prévus par la loi ne sont pas assez nombreux. Le Conseil d'Etat dément.

par
Giancarlo Mariani

Le syndicat SIT a tiré mardi un bilan mitigé un an après l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur le chômage. «La formation des chômeurs est largement négligée par l'Office cantonal de l'emploi», a dénoncé mardi Jean-Luc Ferrière, secrétaire syndical au SIT.

«L'accès aux cours a été réduit. Et les emplois de solidarité pour les personnes en fin de droit ne sont pas assez nombreux», a ajouté la co-secrétaire générale, Christina Stoll. Sur les quelque 1000 postes promis en 2008 par le Département de la solidarité et de l'emploi (DSE), seuls 164 ont vu le jour.

«Lors de chaque crise, les gens sans formation ou peu qualifiés sont les premiers à payer les pots cassés. La loi prévoit de les aider. Pourquoi n'est-elle pas appliquée?» s'interrogent les militants.

«Sans cette loi, il y aurait 1000 personnes de plus à l'aide sociale», a rétorqué Bernard Favre. Chiffres à l'appui, le secrétaire général adjoint au DSE démonte les arguments du SIT. «Grâce à la nouvelle loi, combattue depuis le début par les syndicats, la hausse du chômage sur un an a été de 7% à Genève, alors qu'elle était de 22% en moyenne ailleurs en Suisse.» Au mois de février, le canton comptait 19 000 demandeurs d'emplois et le taux de chômage s'établissait à 6,3%.

Ton opinion