Coronavirus: La France annonce un élargissement de la vaccination

Publié

CoronavirusLa France annonce un élargissement de la vaccination

Face aux critiques, Paris va permettre ces prochains jours aux Français de s’inscrire pour se faire vacciner. Les plus de 75 ans auront la priorité. Le gouvernement annonce aussi une «dizaine de cas» du variant britannique.

Le ministre français de la Santé Olivier Véran. 

Le ministre français de la Santé Olivier Véran.

AFP

«Amplifier, accélérer, simplifier»: le ministre français de la Santé Olivier Véran a annoncé mardi un nouvel élargissement de la vaccination contre le Covid-19 face aux critiques sur la lenteur du démarrage de cette campagne en France.

Le gouvernement va permettre «dans les prochains jours» aux Français qui souhaitent être vaccinés de s’inscrire en vue de prendre rendez-vous, a également indiqué le ministre sur la radio RTL. Cette inscription se fera «sur internet, par téléphone sans doute, et pourquoi pas par l’application TousAntiCovid», a-t-il précisé.

«Avant la fin du mois de janvier, nous autoriserons la vaccination des personnes âgées de 75 ans et plus qui ne sont pas en établissement, qui sont en ville, à la maison», a détaillé Olivier Véran, disant vouloir «amplifier, accélérer, simplifier».

«Ça fait 5 millions de personnes», a précisé le ministre de la Santé. Il a également annoncé l’élargissement aux pompiers et aides à domicile de plus de 50 ans la campagne de vaccination, pour le moment réservée aux résidents des établissements pour personnes âgées (Ehpad) et aux soignants d’au moins 50 ans.

Polémique

Une polémique a enflé ces derniers jours en France en raison du démarrage très lent de la campagne de vaccination contre le Covid-19, dans un pays où le nouveau coronavirus a déjà fait plus de 65’000 morts. «On a dépassé les 2000 vaccinations hier, d’ici jeudi on va augmenter encore de façon très importante, on va être sur une courbe exponentielle», a indiqué le ministre de la Santé.

Ce chiffre de 2000 reste bien inférieur à certains des voisins de la France: plus de 200.000 vaccinations ont été enregistrées en Allemagne et environ un million en Grande-Bretagne. «Je vais également amplifier les commandes au niveau européen de vaccins pour pouvoir augmenter le rythme et l’intensité de livraison des dotations pour la France et pour l’Europe», a poursuivi Olivier Véran.

«Aujourd’hui nous avons un rythme de livraison de 500’000 doses par semaine de Pfizer. Nous aurons bientôt, s’il est validé mercredi par l’EMA (Agence européenne du médicament) 500’000 doses de Moderna par mois». Selon le ministre, 100 centres de vaccination destinés à la ville «en plus des hôpitaux» seront développés cette semaine, 300 la semaine prochaine et 5 à 600 d’ici fin janvier.

Dizaine de cas avec la variante britannique

Par ailleurs, «une dizaine de cas suspectés ou avérés» du variant britannique du coronavirus ont pour l’instant été repérés en France, a indiqué le ministre, en soulignant que sa transmissibilité plus importante «inquiète» les autorités du pays. «A ce stade, nous avons une dizaine de cas suspectés ou avérés de variant anglais». «C’est un variant qui nous inquiète et pour lequel nous déployons des moyens logistiques et diagnostiques très importants», a-t-il poursuivi.

«Nous regardons cela comme le lait sur le feu», a insisté Olivier Véran, en rappelant que «toutes les personnes qui rentrent en France en provenance d’Angleterre doivent avoir été testées». «Il y a des mises en quarantaine lorsqu’il y a des doutes», a-t-il dit.

L’Angleterre et l’Ecosse ont annoncé lundi leur reconfinement total face à l’envolée de l’épidémie de Covid-19, attribuée au nouveau variant du virus qui circule au Royaume-Uni. Les deux autres provinces du Royaume-Uni, l’Irlande du Nord et le Pays de Galles, avaient déjà instauré leur troisième confinement juste après Noël.

Plus contagieux

Détecté en novembre au Royaume-Uni, le variant B.1.1.7, désormais appelé VOC 202012/01, s’est rapidement étendu dans tout le Royaume-Uni puis a été détecté dans des dizaines de pays du monde. Selon les premières données, il est nettement plus contagieux que le virus classique. Même s’il ne semble pas être intrinsèquement plus dangereux, le fait qu’il soit plus transmissible augmente le risque de saturation des hôpitaux par des malades du Covid-19.

En France, un premier cas avait été confirmé le 25 décembre sur un Français arrivé de Londres quelques jours auparavant. Un deuxième cas a été détecté sur l’île de Corse sur une personne qui rentrait de Londres, a indiqué lundi l’Agence régionale de santé de Corse.

Un autre variant sans doute plus transmissible a par ailleurs émergé en Afrique du Sud, où il est désormais majoritaire. Les autorités sanitaires ont indiqué jeudi dernier qu’un premier cas de contamination avec ce variant sud-africain avait été détecté en France, chez un homme de retour d’Afrique du Sud et résidant dans l’est de la France.

(AFP)

Ton opinion