Actualisé 24.10.2017 à 08:26

Union européenne

La France dit non au glyphosate

Le parlement se prononce mardi sur une résolution demandant de ne pas renouveler pour dix ans sa licence d'utilisation.

Le glyphosate est un pesticide très utilisé.

Le glyphosate est un pesticide très utilisé.

AFP

La ministre française de la santé Agnès Buzyn a déclaré mardi qu'il était «impératif» de faire en sorte que le glyphosate ne soit plus utilisé et que cela devait se faire «le plus vite possible». Le parlement européen se prononce mardi sur une résolution demandant de ne pas renouveler pour dix ans sa licence d'utilisation.

«Le glyphosate est un cancérigène probable selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et donc il est impératif de faire en sorte qu'il ne soit plus utilisé», a dit la ministre sur CNews. Cela doit se faire «le plus vite possible, de façon à être capable d'en sortir mais sans trop pénaliser notre agriculture qui a besoin de trouver des alternatives», a ajouté Agnès Buzyn.

Expiration à fin 2017

Le glyphosate, principe actif du produit phare de la firme américaine Monsanto, le Roundup, suscite la controverse en Europe à propos des risques pour la santé. Le Centre international de recherche sur le cancer (dépendant de l'OMS) l'a classé «cancérogène probable» en 2015. Son autorisation dans l'UE expire à fin 2017.

Nicolas Hulot, ministre français de la transition écologique, a proposé lundi de limiter à trois ans le renouvellement au niveau européen du glyphosate, le temps de «regarder tout ce qu'on peut trouver en termes d'alternative».

La France a déjà affirmé qu'elle voterait contre le renouvellement pour dix ans de l'utilisation de l'herbicide controversé, soit la durée proposée par la Commission européenne après avis de l'Agence européenne pour la sécurité des aliments (Efsa), qui a classé pour sa part l'herbicide comme non cancérogène. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!